ADHERENT A LA UNE

Le président du GIFAS Guillaume Faury adresse ses vœux pour 2022, « année de conquête » pour l’aéronautique française

Après une année 2021 sous le signe de la résilience, 2022 s’annonce comme une année de « conquête » pour l’industrie aéronautique française. C’est le souhait exprimé par Guillaume Faury, le président du GIFAS et président exécutif du groupe Airbus, à l’occasion de la cérémonie des voeux du GIFAS le 6 janvier. La remontée des cadences de production d’Airbus, amorcée au second semestre de 2021 , devrait se poursuivre et peut-être même s’amplifier en 2022, avec un retour progressif à 60 A320 par mois dès cette année et un objectif de 65 moyen-courriers par mois à l’été 2023. Le CEO d’Airbus espère parvenir à un accord avec ses principaux sous-traitants dans le courant de l’année, pour porter la production à 70, voire 75 A320 par mois en 2024-2025. Au second semestre de 2021, le secteur s’était remis à recruter, avec 6 000 à 7 000 embauches en fin d’année. « En 2022, je ne serai pas surpris qu’on dépasse les 10 000 embauches », a estimé Guillaume Faury. Selon Christophe Cador, représentant des PME au GIFAS, les 400 entreprises de la filière prévoient près de 15 000 embauches en 2022, avec un plan pour renforcer l’attractivité de la filière et attirer des jeunes. « Nous avons des besoins d’emplois dans tous les domaines, confirme Martin Sion, président de Safran Electronics & Defense et représentant des équipementiers au GIFAS. Nous cherchons aussi bien des peintres que des ingénieurs. Nous recrutons même des personnes dont la formation initiale n’est pas l’aéronautique et que nous allons nous-même former ».

Ensemble de la presse du 6 janvier