Airlines

JAL évacue ses Boeing 777

Japan Airlines va soustraire de sa flotte, plus tôt que prévu, treize de ses 777 motorisés par Pratt & Whitney. Ce retrait était initialement prévu pour mars 2022. L’attelage 777-P&W avait été sujet à des pannes en février dernier. JAL utilisera de nouveaux A350 pour les vols intérieurs à destination d’Osaka.

Reuters – 06/04

La recapitalisation d’Air France

Les conseils d’administration d’Air France-KLM et d’Air France ont détaillé le plan de recapitalisation de la compagnie française par Paris. L’opération a déjà fait l’objet d’un accord avec Bruxelles. En contrepartie de la cession de 18 slots à Orly, l’opération devrait se solder, pour Air France, par une montée de l’Etat au capital, sa présence passant de 14,3 à 30 %.

Il faudra ensuite établir les modalités de la recapitalisation de KLM, pour un milliard d’euros supplémentaire. Interviewé par Les Echos, Ben Smith, directeur général d’Air France-KLM, admet que « l’accord est une bonne nouvelle pour Air France et Air France-KLM, mais ne règle pas le cas de KLM, ainsi que les besoins futurs de refinancement du groupe, puisque de lourdes pertes sont encore à prévoir cette année ». Pascal Quiry, professeur de finance à HEC Paris, explique aux Echos pourquoi « l’équation financière est loin d’être résolue » pour la compagnie française.

Les Echos – 07/04

Air France, en route pour une recapitalisation…

Après avoir obtenu l’accord de principe de Bruxelles, et celui des conseils d’administration d’Air France-KLM et d’Air France, la compagnie française dévoile aujourd’hui les modalités de son plan de recapitalisation. Après une aide publique de 7 milliards d’euros il y a un an, Air France devrait recevoir jusqu’à 4 milliards par conversion de créances, ainsi qu’une injection de cash au niveau du groupe, ce qui majorera la participation de l’Etat français au capital. En contrepartie, la compagnie doit réduire ses coûts, améliorer sa compétitivité, et céder des slots à Orly, en nombre plus restreint toutefois que ce que Bruxelles demandait au départ.

AFP, Les Echos – 06/04

Air France veut accélérer la vaccination de ses salariés

Air France vaccine actuellement ses salariés volontaires de plus de 55 ans, atteints de comorbidités, mais aimerait accélérer et étendre cette campagne anti-Covid pour rassurer les passagers. Le vaccin est celui d’AstraZeneca. Les médecins du travail (enthousiastes) que les praticiens interentreprises (plus réticents) n’en ont pas le même avis. Air France a dû convaincre Axa, assureur de la compagnie, qu’en cas d’effet secondaire grave, elle ne courait aucun risque financier. Air France n’est pas autorisée à passer des commandes groupées, aussi chaque médecin de l’entreprise doit-il s’occuper de ses lots.

Le Figaro – 05/04

Slots. Air France se tire-t-elle une balle dans le pied ?

Bruxelles a accepté que le groupe Air France-KLM soit recapitalisé à hauteur de 4 milliards d’euros, à condition que la composante française de l’entreprise cède 18 slots sur les 300 qu’elle exploite à Orly. Les syndicats de la compagnie craignent que ce compromis ne grève son développement à long terme, d’autant qu’Air France comptait sur les créneaux horaires d’Orly pour relancer Transavia. Benjamin Smith, directeur général d’Air France-KLM, déclare que ces cessions n’auront qu’un impact mineur sur son plan stratégique. Oddo BHF Securities est aussi de cet avis : « Les contraintes induites par les cessions de slots sont, à nos yeux, minimales car le transfert amorcé de capacités entre Hop et Transavia va permettre de conserver un poids relativement élevé en opérant des Boeing 737 à la place d’avions régionaux ».

Paris a pesé sur les négociations avec Bruxelles, pour que les slots sacrifiés profitent aux compagnies respectueuses des règles sociales et fiscales qui ont cours en France, ce qui disqualifie par exemple Ryanair à Orly.

AFP – 07/04. Challenges – 08/04

Levées de fonds obligataires du côté des compagnies

La crise du trafic aérien est une aubaine pour les fonds d’investissement. Les transporteurs ont levé 16,6 milliards de dollars sur les marchés obligataires lors du premier trimestre, pas loin de la levée record de 17,5 milliards de dollars réalisée au deuxième trimestre de 2020. Sur l’année 2020, les transporteurs ont encaissé 42,6 milliards de dollars, émanant des marchés de la dette. IAG et easyJet ont levé, chacun, 1,2 milliard d’euros, et American Airlines : 10 milliards de dollars (6,5 milliards en « obligations pourries » et 3,5 milliards en prêts).

Financial Times – 06/04

Les Etats, au secours de leurs compagnies. Ou pas…

L’exemple d’Air France-KLM illustre le rôle grandissant des Etats dans le sauvetage de leurs grandes compagnies. Berlin s’est portée au secours de Lufthansa et Rome, d’Alitalia. Il est vrai que Londres s’est surtout souciée des aéroports, et a prévenu qu’elle n’accorderait pas d’aide sectorielle aux transporteurs. Ryanair, easyJet et British Airways ont néanmoins bénéficié chacune d’un prêt public de 600 millions de livres pour un an. Et La Haye ? Les Pays-Bas assistent sereinement à la recapitalisation du groupe Air France-KLM par Paris, et même soutiennent l’opération, contents qu’elle « renforce la base financière du groupe ». La Haye semble, comme Londres, davantage préoccupée par l’aéroport d’Amsterdam Schiphol, où KLM joue un rôle essentiel, que par le groupe aérien lui-même.

Les Echos – 07/04