Airlines

Aéroports. Le dilemme de la crise…

« Les avions vont aller là où on leur fera les meilleures conditions », avertit Michael O’Leary, PDG de Ryanair. Les aéroports de Paris, Francfort, Londres, Amsterdam et Madrid sont confrontés au même dilemme : comme « augmenter les prix sans déstabiliser les grandes compagnies clientes, ni trop s’éloigner des tarifs de la concurrence ». Air France fournit par exemple le quart du chiffre d’affaires aérien d’ADP. Le groupe parisien, qui a majoré ses tarifs de 2,5 %, a dû être rassuré en apprenant qu’Heathrow avait étoffé les siens de 5 %.

Investir/ Le Journal des Finances – 27/03

Le BLT, pôle innovation de l’armée de Terre

France. En janvier l’armée de Terre lançait son pôle d’innovation à Satory : le BLT (Battle Lab Terre). Il s’agit d’établir des liens entre les centres de recherche, les start-up, les grandes écoles, les universités et les industriels, et de « faire émerger les idées de la base, les accompagner et les lancer avec l’aide des différents partenaires », selon les explications du Sirpa Terre. L’AID (Agence de l’Innovation de Défense) en est partie prenante, impliquée dans le GAI 4 A (Groupement Académies, Industries, Ingénieurs d’Ile-de-France pour l’Innovation au Profit de l’Armée de Terre) à l’instigation du ministère des Armées. Le BLT n’est pas la première structure dédiée à l’innovation dans le domaine de l’armement terrestre et aéroterrestre. La DGA avait déjà lancé deux réseaux d’innovation : Lahitolle et Ci-Aile. En octobre, la DGA a encore créé le programme Centurion, en partenariat avec Thales et Safran, pour « accompagner les porteurs d’une innovation, susceptible de contribuer à la supériorité des combattants ».

Opex360.com – 26/03

Southwest confirme le retour en grâce du Max

Southwest Airlines a commandé cent Max 7, et posé 155 options sur cet appareil. Le marché pèse 12,5 milliards de dollars au catalogue. Les trente premiers Max doivent être livrés à la compagnie l’année prochaine. Pour l’heure Southwest a commandé un total de 349 Max 7 et 8, et posé 270 options. Le transporteur compte soustraire peu à peu, de sa flotte, les 462 Boeing 737-700, et a besoin d’avions de moindre envergure sur certaines liaisons. L’un des avantages de la nouvelle gamme Max tient au rendement énergétique des moteurs. Auparavant, Ryanair avait commandé 75 Max. Ces contrats confirment le retour en grâce du monocouloir de Boeing. C’est aussi une très bonne nouvelle pour CFM Interna-tional (Safran/ GE), son motoriste exclusif. Boeing est en passe de tenir sa pro-messe : écouler les 450 Max neufs, en attente de livraison, avant la fin 2022.

Les Echos, La Tribune, Le Figaro – 30/03

EasyJet, sceptique face aux SAF dans son segment

Johan Lundgren, directeur général d’easyJet, estime que les transporteurs court-courrier n’ont aucune raison d’investir dans le développement des SAF si de nouvelles technologies de propulsion sont en vue. easyJet préfère ainsi investir dans la compensation carbone, plutôt que de devoir engager les « énormes coûts de développement des carburants durables, obsolètes dans dix ou quinze ans quand vous êtes un opérateur court-courrier ». Il cite aussi l’hydrogène et les batteries lithium-soufre. Airbus a dévoilé le profil d’un avion commercial à hydro-gène, qui intéresse beaucoup easyJet.

Flight International – 01/04

Les compagnies attendent l’été sur des charbons ardents

Les compagnies aériennes veulent croire que l’été 2021 sera celui de la reprise. Elles fourbissent leurs offres qui, veulent-elles le croire, représenteraient 70 à 100 % de celles de l’été 2019. Si le long-courrier reste menacé, les compagnies européennes misent sur le marché continental. Elles piaffent d’impatience en es-pérant que le certificat vert de la Commission soit prêt cet été, et que les capitales du Vieux Monde aient enfin harmonisé leurs règles de déplacement. Pour Ben Smith, directeur général d’Air France-KLM, il est de « l’intérêt de tous que l’on ait redémarré le 1er juillet ».

AFP – 30/03

Air France : des économies sur les salaires

Air France va devoir trouver de nouvelles économies. Sa direction espère pouvoir négocier un nouvel accord avec les syndicats, accord en vertu duquel la prime du 13e mois serait intégrée au salaire de base, de sorte qu’elle entre sous le coup de l’APLD, et soit donc prise en charge par l’Etat. Les dents grincent « dans cer-tains ministères » et parmi les effectifs. La direction d’Air France cherche aussi à supprimer des jours de congés.

La Tribune – 30/03

Air France-KLM. Accord Paris-Bruxelles

Bruxelles et Paris se sont donc mises d’accord sur les contreparties que devra observer Air France-KLM pour bénéficier d’une recapitalisation. Air France pourra restituer un nombre de slots à Orly, moins important que ne l’exigeait la Commission européenne. Par rapport à Lufthansa, dont l’effort sur les aéroports de Munich et de Francfort a été plus conséquent, les négociateurs français ont fait valoir que l’activité d’Air France était plus modeste, et que la compagnie dé-tenait moins de parts de marché sur Orly et Roissy que Lufthansa sur Francfort et Munich (la part de Lufthansa sur Roissy est même supérieure à celle d’Air France). Le schéma est à peu près le même pour KLM et les slots que la com-pagnie néerlandaise exploite à Amsterdam-Schiphol.

La Tribune – 30/03

Sriwijaya Air. Un problème d’automanettes ?

Les autorités indonésiennes ont donc retrouvé la deuxième boîte noire du Boeing 737-500 de Sriwijaya Air, qui s’était abîmé en mer de Java en janvier dernier. La boîte CVR (conversations entre l’équipage et la tour de contrôle) semble en bon état. L’agence indonésienne de Sécurité des Transports évoque une « anomalie des automanettes, qui gèrent la poussée du Boeing ». Ces automanettes avaient été déjà signalées comme défectueuses, et réparées à deux reprises en janvier. Les autorités ne s’expliquent cependant pas pourquoi l’équipage n’a pas répondu aux questions de la tour de contrôle. L’examen des débris montre que les réacteurs fonctionnaient au moment de l’impact. Ce Boeing avait 26 ans, et avait été précédemment exploité par Continental Airlines et United.

AFP – 31/03

Norse, « un clone de Norwegian » ?

Alors que Norwegian supprime sa filiale low-cost long-courrier spécialisée dans les vols transatlantiques, Norse Atlantic Airways, qui vient de naître, est pointée comme « un clone de Norwegian ». Bjørn Tore Larsen, PDG de Norse, s’en défend : « Nous sommes différents, et il n’existe pas de liens entre les deux entités, même si, nous aussi, nous opérons des vols entre l’Europe et l’Amérique à partir de la fin 2021. Nous croyons toujours au modèle low-cost. Nous proposerons de petits prix et une batterie de services à bord. » La flotte sera composée de douze à quinze Dreamliner, les mêmes que ceux de Norwegian…

L’Express – 01/04

Ryanair rouvre sa base toulousaine

Avant la pandémie, Ryanair avait ouvert une base aérienne à Toulouse. Elle était la quatrième compagnie à le faire, après Air France, easyJet et Volotea. Elle dis-posait de deux 737, d’un effectif de soixante personnes et d’une offre de 24 des-tinations. La low-cost rouvrira sa base en juin, avec une envergure réduite : 18 destinations, un seul appareil et un effectif de trente personnes.

La Tribune – 31/03

Les compagnies africaines tentent de sortir de l’ornière

La Tribune examine la façon dont les compagnies africaines essaient de sortir de la crise. L’aviation africaine a besoin de 35 milliards de dollars pour guérir de la pandémie. L’Iata a calculé que les transporteurs, là-bas, avaient perdu globalement 40 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020. Pour s’en sortir, Ethiopian Airlines mise sur le fret. Rwandair, non rentable mais stratégique, finalise un partenariat avec Qatar Airways, qui acquiert 49 % des parts. Le partenariat de Kenya Airways et d’Air France KLM prendra fin en septembre, le Kényan étant en pourparlers avec plusieurs autres compagnies. Royal Air Maroc souffre de la fermeture du ciel marocain à 39 pays, dont la France et l’Espagne. Tunisair souffre, de son côté, de l’absence d’Etat. Air Sénégal tente, lui, de s’internationaliser : après Paris, elle ouvre un Dakar-Milan. Suivent les cas d’Air Côte d’Ivoire et d’Egyptair.

La Tribune – 31.03