Athènes acquiert 18 Rafale

Invité de Radio Classique ce matin, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a commenté l’acquisition, par Athènes, de 18 Rafale, son « quatrième succès à l’export ». La Grèce est le premier Etat européen à choisir le Rafale, contre le ‘Buy Américan Act’ qui sévit en Europe et parmi les pays de l’Otan. Eric Trappier espère que cette exception fera école dans le Vieux Monde, Athènes démontrant l’interopérabilité entre les avions de combat français et américains. Il confirme que les Rafale grecs seront au standard français, et disposeront des mêmes technologies. La commande grecque se décompose en trois contrats. Le premier, signé par Eric Trappier, porte sur la livraison des 18 avions. Le second, signé par Éric Béranger, PDG de MBDA, porte sur l’armement (missiles Scalp, AM39 Exocet, Mica et Meteor). La troisième porte sur les prestations de services et de formation fournies par Dassault Aviation et l’armée de l’Air française. Ces contrats, qui stabilisent 7 000 emplois en France, ont été salués par la filière d’armement, en particulier l’équipe Rafale (Dassault Aviation, Thales et Safran), et les 400 PME liées au programme. Face à la pression turque, Athènes a prévu d’investir 5,5 milliards d’euros dans sa défense cette année, notamment pour des frégates, hélicoptères, drones, et la modernisation de ses F-16 américains. Lors de son intervention sur Radio Classique, Eric Trappier a abordé le lancement du Falcon 6X, et évoqué l’échec de son prédécesseur, le Falcon 5X, dû aux difficultés qu’avait rencontrées Safran avec sa motorisation. Le Figaro, La Tribune, Radio Classique – 26/017