Atouts et faiblesses du circuit aéronautique mexicain

Les Etats-Unis et le Mexique restent les meilleures destinations où s’établir quand on travaille dans l’industrie aéronautique, selon le cabinet PwC. Parmi les « effets multiplicateurs » de leur attractivité : leurs bases de fournisseurs et des environnements fiscaux incitatifs. En outre, le coût de la main-d’oeuvre en Chine est aujourd’hui supérieur à celui de la main d’oeuvre au Mexique. Malgré la pandémie, aucun site mexicain spécialisé en aéronautique n’a fermé, se réjouit Ricardo Capilla, responsable d’Airbus sous cette latitude. Seuls 10 % des fournisseurs ont fait faillite, donc « un très petit nombre », ajoute Alejandro Pavon, responsable des fournisseurs chez Safran Aerosystems Chihuahua. Les grands commanditaires comme Safran ont élaboré des stratégies pour protéger leurs sous-traitants, tâchant par exemple de maintenir un seuil minimum de commandes. Toutefois, l’industrie aéronautique mexicaine reste d’abord « une branche offshore externalisée » des grands fournisseurs OEM basés ailleurs, et se concentre sur cinq centres : Tijuana/ Mexicali, Chihuahua, Nuevo Leon, Queretaro et Sonora.

Aviationweek.com – 17/02