BOEING

Rumeurs de 797…

« La crise du Covid, combinée aux difficultés du 737 Max et au lancement de l’A321XLR, va porter la part de marché d’Airbus à 60 % au moins, explique un expert. Il nous semble indispensable que Boeing réagisse sans attendre le successeur du 737, qui n’arrivera pas avant quinze ans. » Boeing aurait repris langue avec ses principaux fournisseurs, motoristes en tête, réactivant l’idée d’un « 797 », son hypothétique nouveau modèle milieu de gamme. Airbus règne en maître aux deux extrémités du marché moyen-courrier, avec l’A220 et l’A321 (l’A321XLR doit être lancé en 2023). Le Max 10 était déjà surclassé par l’A321XLR avant la crise. Boeing est acculé de toutes parts, y compris sur le segment long-courrier. Certains prédisent au futur 777X, surdimensionné sur un marché déprimé, la même malédiction que l’A380. La question que pose un éventuel NMA est, d’abord, financière. Boeing a perdu 20 milliards de dollars ces deux dernières années. Son projet coûterait au moins 10 milliards. Boeing n’a plus les moyens de le financer sur ses fonds propres, et devra faire appel à des investisseurs et des actionnaires… par forcément enthousiastes. Les Echos – 05/03

777. L’étude d’un nouveau capot de moteur

Avant même les incidents récents ayant mis en difficulté deux 777 équipés de moteurs PW4000, l’un opéré par United Airlines, l’autre, un cargo, affrété par la compagnie russe Rossiya, Boeing et la FAA travaillaient déjà sur un renforcement du capot des moteurs. Plusieurs incidents de pales avaient déjà révélé que le revêtement avant des moteurs était trop fragile, et ne pouvait contenir la projection de débris de métal en cas de rupture de pale. Un 737NG de Southwest avait déjà connu un problème de nacelle, coffrant un CFM56 cette fois : un débris de métal s’était éjecté de la nacelle et avait brisé un hublot, tuant une passagère. La création d’un nouveau capot pour le 777 suppose un travail de conception approfondi, une modélisation mathématique, une analyse de validation et, éventuellement, une certification. Bloomberg – 04/03

Boeing, en quête d’un nouveau crédit renouvelable

Boeing dispose encore de 9,5 milliards de dollars de capacité de facilité de crédit renouvelable, inutilisés. Cependant, crise pandémique, crise du Max, problèmes sur le Dreamliner, le constructeur sollicite une nouvelle facilité de crédit renouvelable de 4 milliards de dollars auprès d’un groupe de banques, anticipant une reprise beaucoup plus molle qu’espérée. Ces prêts revolving constituent généralement une liquidité de secours, et des entreprises notées ‘investment grade’ comme Boeing y ont rarement recours. La demande pour la dette de Boeing reste forte. Bloomberg – 04/03

La demande pour le Max se reconstitue…

La demande pour le Max se reconstitue, et permet à Boeing d’enregistrer, en février, davantage de commandes que d’annulations, ce qui n’était pas arrivé depuis novembre 2019. Le mois dernier, le constructeur a reçu 82 commandes (39 ayant pour objet le Max), contre 51 annulations. En 2020, 184 appareils lui avaient été commandés, 655 commandes avaient été annulées (641 portaient sur le Max). 160 des 195 régulateurs mondiaux ont suivi la FAA et ré-autorisé le Max à voler. Quatorze compagnies ont ré-intégré le monocouloir dans leurs programmes de vol. Sur le front des livraisons de février, Boeing compte 22 avions, dont 18 Max, et aucun Dreamliner. AFP – 09/03

Un Max atterrit en urgence à Newark

Vendredi, les pilotes d’un 737 Max, opéré par American Airlines sur la liaison Miami-New York, ont suspendu l’un des moteurs en urgence et ont posé l’appareil sans encombre à Newark. Il s’agirait d’un problème de pression d’huile ou d’un problème sur un indicateur de volume, mais l’incident n’aurait rien à voir avec le MCAS. Steve Dickson, le directeur de la FAA, avait prévenu que des problèmes mécaniques ou des suspicions de problèmes seraient « inévitables ». Boeing a mis en place un centre de surveillance des vols du Max en temps réel. AFP – 06/03