Archives de catégorie : Newsletter Actu Aéro N°111

EMPLOI

A Royan, Le Rêve d’Icare obtient le label « Avion des Métiers »

Le GIFAS a décerné le label « Avion des Métiers » à l’association Le Rêve d’Icare, à Royan (Nouvelle-Aquitaine), pour son implication dans la promotion des formations et métiers de l’aéronautique. Tous les 2 ans, l’association organise à Royan un festival aéronautique, consacré aux loisirs et métiers du domaine de l’aviation et de l’Espace. La 23ème édition se tiendra du 29 mai au 2 juin 2024. « En obtenant ce label, que nous attendions depuis 10 ans, nous prenons une dimension nationale », se félicite André Mongrand, président de l’association. « Tous les industriels seront présents, ce qui nous fait passer dans une autre dimension ». Dassault Aviation, Thales, Airbus, Safran ou Daher viendront ainsi à la rencontre des jeunes. Un job dating sera organisé par l’Union des industries des métiers de la métallurgie (UIMM). L’évènement, qui s’implique notamment pour l’attractivité de la filière pour les femmes, accueillera Catherine Maunoury, présidente de l’Aéro-club de France, ancienne championne du monde de voltige aérienne, ainsi que Béatrice Vialle, une des 2 femmes au monde à avoir piloté le Concorde.

Sud-Ouest du 3 novembre

Mieux accueillir les salariés handicapés en entreprise : accompagner les managers de proximité

L’Usine Nouvelle souligne la nécessité d’un accompagnement des managers de proximité afin de faciliter le recrutement et le maintien en poste des travailleurs en situation de handicap. Des groupes tels que Thales ou Schneider Electric, notamment, ont développé un mode opératoire pour « mettre en place un environnement capacitant », précise Gérard Lefranc, directeur de la mission insertion du groupe Thales, qui explique qu’il faut démontrer aux managers que l’accueil d’un salarié en situation de handicap peut contribuer à l’amélioration des process de production.

L’Usine Nouvelle, novembre 2023

DÉFENSE

Le porte-hélicoptères français Tonnerre en soutien aux hôpitaux de Gaza

Le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre devrait arriver en Méditerranée orientale en début de semaine prochaine, pour prendre position au large d’Israël. Il aura pour mission de « soutenir les hôpitaux » de l’enclave de Gaza sous blocus israélien, a expliqué le Président de la République. Avec 199 mètres de long, 32 mètres de large, les PHA font partie des bâtiments les plus polyvalents de la Marine nationale. Le Tonnerre peut emporter jusqu’à 16 hélicoptères, 60 véhicules blindés, des barges de débarquement, 400 à 900 soldats, et dispose en son sein d’une structure légère hospitalière qui peut être portée à 69 lits.

Le Figaro du 31 octobre

Le VSR700 testé en mer

Airbus Helicopters et Naval Group, en collaboration avec la Direction générale de l’armement (DGA) et la Marine nationale, ont testé le démonstrateur SDAM (Système de Drone Aérien Marine) depuis une frégate multi-missions (FREMM). Les essais ont eu lieu à bord de la frégate Provence de la Marine française, en Méditerranée, entre le 2 et le 9 octobre. La première capacité opérationnelle devrait être obtenue d’ici 2026. « Nous sommes fiers de constater que la SDAM et le VSR700 arrivent à maturité », a déclaré Bruno Even, PDG d’Airbus Helicopters. « En travaillant avec Naval Group et d’autres partenaires locaux, nous construisons une solution robuste et souveraine », a-t-il ajouté. Le succès de ces essais marque « une étape importante dans le renforcement des capacités futures de la Marine française. Nous avons franchi un cap important en termes de complexité de l’intégration d’un système aérien sans pilote (UAS) à bord d’un navire lourdement armé, tant sur le plan physique qu’opérationnel », a déclaré Pierre-Eric Pommellet, PDG de Naval Group.

Air & Cosmos du 2 novembre

L’Inde ouvre la procédure officielle pour l’achat de 26 Rafale

Le gouvernement français a reçu la « lettre de requête » (Letter of Request) officielle du gouvernement indien pour l’achat de 26 avions de combat Rafale à destination de la Marine indienne. Cette commande avait été annoncée le 14 juillet dernier par le Premier ministre Narendra Modi, lors de sa visite en France à l’occasion des cérémonies du 14 juillet. Le document officiel, envoyé par le ministère de la Défense indien à la Direction générale de l’armement (DGA), permet de lancer officiellement les négociations sur l’accord intergouvernemental, qui devrait déboucher sur le contrat d’achat en 2024. Après la signature du contrat, Dassault Aviation disposera de 3 ans avant le début des livraisons, soit un premier appareil livré en 2027.

Les Echos et France Info du 2 novembre

« Les entreprises européennes du secteur de la Défense sont en quête de financement » : tribune

L’avocat d’affaires Franck Bourgeois (associé au sein du cabinet Eversheds Sutherland), regrette, dans une tribune au Monde, que les investissements dans l’industrie de l’armement soient « fragilisés », notamment par « l’exclusion tacite ou parfois explicite de ces entreprises du périmètre de la finance dite durable, en application de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ». Cette situation favorise l’achat d’équipements non européens dont la production échappe aux normes réglementaires européennes, alors qu’ils sont cruciaux pour maintenir la sécurité en Europe. « Dans ce cadre, le financement du secteur de la Défense par la Banque européenne d’investissement (BEI), bras financier de l’Union européenne, constituerait un signal fort à l’égard des organismes financiers européens », note Franck Bourgeois. « Une telle modification permettrait d’aligner la doctrine de la BEI sur la « boussole stratégique » définie par le Conseil de l’Union européenne, qui affirme vouloir favoriser l’émergence d’une industrie de Défense européenne plus forte ». En outre, « il conviendrait de proposer également au niveau européen l’élaboration de normes ESG qui favoriseraient, par le fléchage des capitaux privés, les industries participant à la diminution des dépendances dans les domaines essentiels à la souveraineté européenne ».

Le Monde du 2 novembre

Thales renforce la surveillance et la défense aériennes du Danemark avec 5 radars GM200

L’Agence danoise d’acquisition et de logistique des matériels militaires (DALO) du ministère de la Défense a signé un contrat avec l’Agence gouvernementale néerlandaise COMMIT (Command Materiel and IT) pour l’acquisition de 5 radars Ground Master 200 Multi Mission Compact de Thales. Le GM200 MM/C offre « des capacités élevées d’appréciation de la situation lui assurant une supériorité opérationnelle, avec des capacités d’appui feu et de localisation des systèmes d’armes », précise Thales. Il permettra de renforcer les opérations de surveillance et de défense des forces aériennes danoises.

Defense-Blog.com du 3 novembre

Défense : Thales et Naval Group se penchent sur les capteurs quantiques

Les capteurs quantiques pourraient représenter une progression considérable dans la détection d’objets en mer et dans les airs. Naval Group a ainsi mis en place une stratégie dédiée aux technologies quantiques, afin de connaître et évaluer les performances des capteurs quantiques pour s’assurer qu’ils sont capables de résister aux environnements militaires. Le groupe mène des essais avec des laboratoires de l’Université Grenoble Alpes, notamment. Le groupe Thales, à la pointe de l’usage des technologies quantiques, développe entre autres des antennes supraconductrices, constituées « de milliers de petits anneaux en matériau supraconducteur », précise L’Usine Nouvelle. « Ces anneaux génèrent une onde d’états quantiques qui oscille lorsqu’elle est traversée par un champ magnétique », décrit Marko Erman, directeur scientifique de Thales. Ces recherches pourraient permettre de réduire radicalement la taille des antennes.

L’Usine Nouvelle du 3 novembre

MBDA Allemagne entend augmenter sa production

MBDA Allemagne, basé près de Schrobenhausen (Bavière), qui emploie 1 250 salariés sur les 14 000 du groupe, entend augmenter considérablement sa production grâce aux hausses budgétaires pour la Défense et à la volonté du chancelier Scholz de fédérer la Défense antiaérienne européenne. Une feuille de route a été établie avec l’américain Raytheon pour produire des missiles intercepteurs Patriot GEM-T en Allemagne. MBDA Allemagne vient aussi de signer un accord de principe avec le fabricant israélien Israel Aerospace Industries (IAI) pour coordonner, intégrer et maintenir en condition opérationnelle le futur système de Défense aérien Arrow 3, dont l’Allemagne est cliente. « La Bundeswehr utilise le système Patriot depuis les années 1980 et elle a une relation spéciale avec Israël, mais en tant que président de MBDA Allemagne, mon objectif majeur reste la coopération européenne », souligne Thomas Gottschild, directeur général de MBDA Allemagne, cité par Les Echos.

Les Echos du 3 novembre

INTERNATIONAL

Southwest Airlines commande 108 Boeing 737 MAX 7 supplémentaires

La compagnie américaine low-cost Southwest Airlines annonce une commande de 108 Boeing 737 MAX-7 supplémentaires auprès de Boeing. Le carnet de commandes de la compagnie est ainsi porté à plus de 300 exemplaires pour le modèle Boeing 737 MAX-7, qui devrait obtenir sa certification avant la fin 2023. Le carnet de commandes global de Southwest Airlines auprès de Boeing porte désormais sur plus de 500 exemplaires du Boeing 737 MAX. Le 737 MAX-7 est la plus petite version de la famille Boeing 737 MAX. Capable de parcourir jusqu’à 3 800 milles marins, il peut transporter jusqu’à 172 passagers. Selon le site Aviation Week, Boeing serait sur le point d’obtenir la certification de la FAA pour cet appareil, ainsi qu’un feu vert pour commencer les essais en vol du Boeing 737 MAX-10.

Air Journal et Aerobuzz du 31 octobre

Quel devenir pour l’aviation civile russe face aux sanctions occidentales ?

L’Usine Nouvelle consacre un dossier à l’aviation russe, touchée par les sanctions commerciales. L’aviation civile russe, composée notamment d’appareils produits par Airbus et Boeing, est coupée de ses fournisseurs. Les compagnies aériennes russes se sont tournées vers des réseaux alternatifs pour s’approvisionner en pièces de rechanges, des équipements dont la fiabilité n’est pas assurée.

L’Usine Nouvelle, novembre 2023

INNOVATION

L’IA bientôt au service du contrôle aérien ?

L’Usine Nouvelle se penche sur l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) pour la sécurité aérienne. D’ici à la fin de l’année, un système fondé sur l’IA, développé par l’entreprise Teleidoscope, devrait surveiller l’espace aérien autour de Washington DC, aux Etats-Unis. Selon le Pentagone, il s’agit d’un système 10 fois plus performant que celui mis en place depuis le 11 septembre 2001. En mars dernier, un rapport publié par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) évoquait notamment la maintenance prédictive reposant sur l’IA, qui pourrait augmenter la disponibilité des appareils de plus de 35 %. Des progrès importants en matière d’optimisation des trajectoires et de sécurité aérienne pourraient intervenir.

L’Usine Nouvelle du 30 octobre

Safran, 1er déposant français de brevets dans l’impression 3D

Selon une étude publiée fin septembre par l’office européen des brevets (OEB), consacrée aux dépôts de brevets internationaux dans le domaine de l’impression 3D, Safran se classe à la 12ème place mondiale (les premières places étant occupées par General Electric, Raytheon Technologies et HP). Le groupe est le 1er déposant français, avec 338 demandes de brevets en technologies d’impression 3D, dont une majorité dans l’aéronautique et le spatial. « L’impression 3D est particulièrement adaptée au secteur aéronautique. En effet, il ne se prête pas aux grandes séries mais permet de réaliser des pièces complexes et sur mesure comme des turbines ou des moteurs qui doivent pouvoir résister à la chaleur et à la pression », commente Yann Ménière, chef économiste à l’OEB.

L’Usine Nouvelle, novembre 2023

L’aile volante, portée par la décarbonation et le progrès technologique

L’US Air Force a annoncé avoir sélectionné la startup JetZero pour développer un démonstrateur d’aile volante. 235 M$ seront consacrés à la fabrication de l’appareil à l’horizon 2026 et à des essais en vol dès 2027. La décarbonation du transport aérien motive un regain d’intérêt pour ce type de structure : « Avec une portance bien supérieure à l’architecture traditionnelle et une moindre traînée, l’aile volante promet une réduction de la consommation de carburant de 30, voire 50% », relève L’Usine Nouvelle. La compagnie néerlandaise KLM a testé en 2019 une maquette d’avion en forme de V. Bombardier a dévoilé l’avion d’affaires EcoJet en 2022. Airbus considère l’aile volante comme une option possible pour son futur avion à hydrogène. L’aile volante donne en effet accès à de plus vastes zones de stockage pour l’hydrogène.

L’Usine Nouvelle du 2 novembre

INDUSTRIE

Projet Eden : une meilleure qualité des communications pour les avions et les satellites

A Toulouse, l’IRT Saint Exupéry vient de conclure 3 ans de recherches dans le cadre du projet Eden, avec le concours d’Airbus, Continental Automotive, Safran, Thales, le CNES et l’ONERA, notamment. L’objectif était d’intégrer une nouvelle configuration de réseau dans les avions, les voitures et les satellites, pour permettre la synchronisation parfaite en temps réel de la diffusion des informations critiques dans un système embarqué. Les équipes de recherche ont rédigé un guide méthodologique ainsi qu’une plateforme d’analyse et de prototypage pour le déploiement d’un réseau Ethernet sensible au temps (TSN) comme réseau embarqué pour des architectures multi-domaines (aéronautique, spatial et automobile). « Dans le cockpit, cette nouvelle technologie, plus résistante aux bruits électromagnétiques, améliorera la qualité audio des communications entre l’avion et le sol. Pour les communications audio dans la cabine (appel aux passagers), une amélioration significative de la qualité audio est aussi attendue », indique Airbus, cité par La Tribune. Un gain de poids est également prévu pour les avions, ce qui permettra de réduire la consommation de carburant.

La Tribune du 30 octobre

Condor commande 3 A330-900 supplémentaires

La compagnie allemande Condor a commandé 3 A330-900 supplémentaires pour développer son réseau long-courrier. La flotte de Condor compte actuellement 10 A330-900. La compagnie avait initialement commandé 16 unités. À l’automne 2022, elle avait annoncé avoir augmenté la commande à 18 exemplaires. La compagnie n’a pas précisé si la nouvelle commande de 3 appareils était intervenue auprès d’Airbus ou auprès d’une société de leasing. Les 3 A330-900, équipés de moteurs Trent 7000 de Rolls-Royce, devraient rejoindre la flotte de Condor en 2026 et 2027.

Air Journal et Le Journal de l’Aviation du 30 octobre

Thales confirme ses objectifs pour 2023 après une hausse de ses revenus sur 9 mois

Le groupe Thales confirme ses objectifs pour 2023, après avoir fait état d’une croissance organique de son chiffre d’affaires au cours des 9 premiers mois de l’année. Sur la période de janvier à septembre 2023, le chiffre d’affaires s’établit à 12,9 Mds€, en hausse de 7,5 % en variation organique (+4,5 % en variation totale). Les prises de commandes s’élèvent à 12,4 Mds€, en baisse de 18 % en variation organique (-20 % en variation totale). Cette baisse s’explique par l’enregistrement au 2ème trimestre 2022 du contrat majeur lié à la fourniture du Rafale aux Emirats arabes unis, indique le groupe. Pour 2023, Thales prévoit toujours une croissance organique du chiffre d’affaires de 5% à 7%, et vise une marge opérationnelle (Ebit) de 11,5% à 11,8%, en hausse de 50 à 80 points de base par rapport à 2022, ainsi qu’un « book to bill » – soit un ratio de prises de commandes rapportées au chiffre d’affaires – supérieur à 1. « Les résultats des 9 premiers mois de l’année 2023 sont en ligne en tous points avec les objectifs formulés pour l’ensemble de l’année 2023. Le chiffre d’affaires affiche une hausse organique dans toutes les activités du Groupe sur les 9 premiers mois de l’année, malgré le ralentissement attendu du secteur Identité & Sécurité Numériques au 3ème trimestre. La reprise de l’avionique civile se poursuit, tandis que les perspectives de croissance du secteur de la Défense & Sécurité restent solides. Par ailleurs, le Groupe poursuit sa stratégie de croissance profitable en annonçant fin juillet l’acquisition d’Imperva, avec l’ambition de créer un leader mondial de la cybersécurité. Nous confirmons avec confiance nos objectifs financiers annuels, grâce à l’implication sans faille de nos équipes », déclare Patrice Caine, PDG de Thales.

Ensemble de la presse du 31 octobre

« Les technologies quantiques peuvent arriver plus tôt que prévu à maturité » : entretien avec Bernhard Quendt (Thales)

Le directeur technique de Thales, Bernhard Quendt, accorde un entretien à L’Usine Nouvelle. Thales mène depuis plusieurs années des recherches sur les technologies quantiques, qui apparaissent comme « la prochaine grande rupture » après l’intelligence artificielle. « C’est un domaine très large : on distingue les capteurs quantiques – très importants dans l’activité de Thales –, les communications et le calcul », explique Bernhard Quendt. Thales est actif dans les 3 axes : « D’abord les capteurs : les radars, les magnétomètres ou encore les sonars. Nous travaillons aussi sur la sécurisation des communications par les technologies quantiques, par voie terrestre et satellitaire. Pour ce qui est du calcul, Thales ne cherche pas à développer un ordinateur quantique, mais à fournir des technologies dites habilitantes que nous maîtrisons en interne, comme la cryogénie, les technologies lasers, celles du vide, les radiofréquences ». Le groupe se situe aujourd’hui « dans une phase d’industrialisation de nos technologies quantiques pour les sortir des laboratoires. Une démarche qui combine notre excellence scientifique et notre activité industrielle. Dans ce cadre, la souveraineté, la maîtrise de notre chaîne de valeur et de nos composants est notre priorité », souligne Bernhard Quendt.

L’Usine Nouvelle du 31 octobre

Selon Challenges, Emmanuel Macron aurait confié à Geoffroy Roux de Bézieux une mission sur la sécurité économique

Selon le magazine Challenges, au mois d’octobre, Geoffroy Roux de Bézieux, qui a quitté il y a 4 mois la présidence du MEDEF, se serait vu confier une mission sur la sécurité économique par le président de la République. « Son rapport, qui n’a pas vocation à être rendu public et devrait être remis au chef de l’État dans les 6 mois, va notamment se focaliser sur la prédation technologique menée par certaines puissances étrangères » en France, indique Challenges.

Challenges et BFMTV du 31 octobre

Airbus enregistre une commande d’Air Niugini pour 6 A220-100

Airbus a annoncé mercredi 1er novembre avoir remporté une commande ferme portant sur 6 A220-100 de dernière génération auprès de la compagnie aérienne de Papouasie-Nouvelle-Guinée Air Niugini, dans le cadre de son programme de modernisation de la flotte. Le transporteur va également acquérir 3 A220-300 et 2 A220-100 auprès de bailleurs tiers, a indiqué Airbus. Christian Scherer, CCO et Head of International chez Airbus, a déclaré : « Air Niugini a pu constater que l’A220 apporte beaucoup plus à sa compagnie aérienne que les produits concurrents dans ce domaine, en termes d’efficacité, de rayon d’action, de confort et de potentiel de croissance ». L’avion est propulsé par les moteurs GTF de dernière génération de Pratt & Whitney. Il offre une consommation de carburant et des émissions de CO2 par siège réduites de 25 % par rapport à la génération précédente. Comme tous les avions d’Airbus, l’A220 peut déjà fonctionner avec jusqu’à 50 % de carburant aviation durable (SAF). A la fin du mois de septembre 2023, Airbus avait reçu plus de 800 commandes de la part d’une trentaine de clients pour l’A220, dont plus de 280 ont été livrées, précise le groupe.

Les Echos Investir et Air Journal du 2 novembre

L’avion électrique Integral d’Aura Aero devrait bientôt entrer en service

L’Integral E, avion à propulsion électrique développé par la société toulousaine Aura Aero, doit entrer en service en 2025. Il s’agit d’un avion biplace, doté de 2 versions, R et S, destiné à la formation des pilotes, à la voltige et à l’entraînement des aviateurs militaires. L’appareil, qui a obtenu en septembre dernier l’agrément PART 21J de l’Agence européenne pour la sécurité aérienne (EASA), s’apprête à devenir le 2ème appareil à propulsion électrique dans le monde certifié par l’EASA. « Nous avons déjà obtenu la certification du design de l’Integral E, des procédés et machines de production et de l’usine. Il nous reste à obtenir la certification de l’avion. Ce qui passera par 2 étapes avec, en 2024, la certification de la version équipée d’un moteur thermique bas carbone, puis, en 2025, celle de la seconde version équipée d’un moteur électrique, dont la campagne d’essais en vol commence fin 2023 », explique Jérémy Caussade, PDG de société. Airbus a signé une lettre d’intention, qui porte sur 12 appareils destinés à intégrer la flotte de l’Airbus Flight Academy Europe. Aura Aero a aussi signé un accord de partenariat avec l’Université aéronautique Embry-Riddle (États-Unis), et s’implante au sein du parc de recherche de l’université à Daytona Beach (Floride). Aura Aero développe également Era, un avion électrique régional de 19 places. Safran fournit la chaîne de propulsion électrique à l’Integral E et à l’Era, ainsi que son nouveau moteur électrique Engineus à l’Integral E. Thales fournit l’avionique ainsi que les systèmes de connectivité et d’automatisation avancée d’Era. Ce dernier « sera le premier avion régional doté de commandes de vol électriques. Tous les systèmes hydrauliques ont été électrifiés, comme les trains d’atterrissage », précise Jérémy Caussade.

Le Figaro du 2 novembre

Brussels Airlines reçoit son 1er A320neo

Brussels Airlines a pris livraison de son 1er A320neo sur les 5 commandés. L’A320neo s’inscrit dans le cadre de la stratégie de renouvellement de la flotte de la compagnie, qui vise à exploiter les avions les plus récents, afin d’atteindre les objectifs de Brussels Airlines en matière de développement durable. L’A320neo intègre les dernières technologies, notamment les moteurs LEAP-1A de CFM International de nouvelle génération pour une plus grande efficacité et les sharklets pour une meilleure aérodynamique, « qui, ensemble, réduisent la consommation de carburant et les émissions de CO2 d’au moins 20 % », précise Airbus. L’empreinte sonore de l’avion est réduite de 50 % par rapport aux avions de la génération précédente. Le nouvel A320neo rejoindra la flotte de 43 appareils Airbus de Brussels Airlines, dont 34 appareils de la famille A320 et 9 A330-300.

Boursier.com du 2 novembre

« Dans les secrets de fabrication de l’A350 » : reportage

La Dépêche du Midi consacre un reportage à la production de l’A350. Les principales pièces, les tronçons, les ailes et la dérive, sont acheminées à Toulouse par Beluga depuis différents sites de production d’Airbus. L’ensemble du processus d’assemblage dure ensuite entre 4 et 5 mois. Des tests carburant et de pressurisation, qui permettent de s’assurer de l’étanchéité du fuselage, interviennent à l’issue du processus.

La Dépêche du Midi du 2 novembre

Universal Hydrogen présente la logistique de ravitaillement en vol de l’ATR-72

La société californienne Universal Hydrogen, fournisseur de services de ravitaillement en hydrogène, annonce avoir réalisé une démonstration opérationnelle du chargement et du déchargement de ses capsules d’hydrogène modulaires sur un avion d’essai ATR-72, à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. L’entreprise a également dévoilé un chargeur de batterie mobile alimenté par une pile à hydrogène pour les équipements électriques de soutien au sol des avions. « De nombreux aéroports dans le monde utilisent déjà l’hydrogène au quotidien, mais dans la plupart des cas, c’est pour des opérations au sol telles que les navettes. Aujourd’hui, nous avons fait un pas de plus pour que l’hydrogène devienne une réalité dans les opérations quotidiennes des aéroports du monde entier », se réjouit Arnaud Namer, directeur de l’exploitation chez Universal Hydrogen. Pierre Farjounel, directeur général d’Universal Hydrogen Europe, précise : « Cela nous a permis de valider un certain nombre de procédures et […] de montrer qu’avec l’équipement aéroportuaire existant, nous pouvions opérer ».

La Tribune du 3 novembre