DEVELOPPEMENT DURABLE

H2High, projet de relance des industriels wallons

Jérôme d’Agruma, un dirigeant de Calyos, est interviewé par la RTBF. Il explique à son interlocuteur en quoi consiste le projet H2High : « prendre des compétences dans un secteur et les mettre dans un autre », en l’occurrence l’hydrogène qui passerait du spatial à des applications terrestres (automobile, train, machines de chantier). « On a par exemple une société qui s’appelle Mitis, qui développe des microturbines pour essayer d’apporter de l’énergie complémentaire à un système, expose-t-il. On a également Safran Aero Boosters qui veut transférer sa technologie de vannes spatiales dans le domaine industriel. Enfin, on a une technologie de station de refuelling. On voit que c’est un enjeu à terme, que ce soit pour recharger des véhicules électriques ou pour plus tard recharger des véhicules à hydrogène. Des exemples de débouchés qui permettraient aux acteurs wallons de trouver leur place, au sein de tout ce qui se fait déjà en matière d’hydrogène à l’échelle européenne. » Rtbf.be – 09/03

L’avion à hydrogène, de « la poudre de perlimpinpin » ?

L’Humanité critique les enseignements au rabais que le gouvernement a tirés de la CCC (Convention citoyenne pour le Climat), et commente la note de 2,8 sur 10 que les organisateurs lui ont donnée pour une série de mesures jugées très insuffisantes, concernant l’interdiction des extensions aéroportuaires ou des vols courts. Selon la rédaction, Matignon se cache derrière l’avion à hydrogène, qui « n’est rien de plus qu’une fiction pour le moment », faute de solutions technologique, et de la « poudre de perlimpinpin ». L’Humanité – 09/03

L’Occitanie se met à l’heure de l’hydrogène

En Occitanie, de nombreux projets industriels émergent autour de l’hydrogène. Appelé à devenir le carburant alternatif du futur, l’hydrogène devrait déclencher une salve d’investissements et de créations d’emploi. La Région soutient cette dynamique avec le plan ‘Hydrogène vert’ : 150 millions d’euros sur dix ans. Dans le domaine aéronautique, les projets gravitent autour d’Airbus et de l’avion à hydrogène promis pour 2035. Safran a installé, à Toulouse, le cœur de sa R&D relative aux piles à combustible. Sa filiale Safran Power Units, spécialiste des APU, est impliquée dans un grand projet collaboratif nommé Pipaa (pile à combustible pour applications aéronautiques). Le droniste Delair s’illustre dans un autre programme collaboratif : ‘Défi Mermoz’, consistant à développer un drone à hydrogène liquide pour des vols longue-distance. Liebherr Aerospace, appuyé par le plan France Relance, mène deux projets spécifiques : la réinternalisation d’une ligne de pompes liquides, et le développement de compresseurs à air grande vitesse. Le Journal des Entreprises poursuit son tour d’horizon des projets que fait naître la perspective de l’hydrogène en Occitanie, dans les domaines fluviaux avec Nexeya et le plan régional ‘Green Harbour’, ferroviaire avec Alstom, ou dans le domaine des bus avec Businova H2. Le Journal des Entreprises – 01/03