INNOVATION

Safran et GE testeront leur moteur à l’architecture « révolutionnaire » sur un Airbus A380

Alors que l’A380 n’est actuellement plus produit, des compagnies aériennes qui s’en étaient détournées, commencent à le remettre en service avec la reprise du trafic. De même, Airbus s’appuie sur l’A380 pour tester des solutions techniques pouvant permettre de décarboner l’aviation. En février, l’avionneur annonçait avec CFM, la coentreprise de Safran et GE, qu’un A380 modifié accueillerait un démonstrateur de système de propulsion à hydrogène, dont le 1er vol est désormais prévu en 2026. Les mêmes partenaires (Airbus et CFM) prévoient de s’appuyer sur la même plate-forme (un A380 modifié) pour tester en vol l’architecture de pointe de moteur “open fan” développée par CFM. L’un des quatre réacteurs classiques sera remplacé par un moteur non caréné. « La campagne d’essais en vol sera effectuée dans la seconde moitié de cette décennie depuis le centre d’essais en vol d’Airbus à Toulouse », indique un communiqué commun. « Avant les vols d’essais de l’A380, CFM effectuera des essais au sol du moteur, ainsi que la validation des essais en vol au centre des opérations d’essais en vol de GE Aviation à Victorville, en Californie, aux États-Unis ». L’architecture innovante d’un tel moteur aurait le potentiel de diminuer les émissions de CO2 de 20% par rapport aux solutions actuelles. Et le moteur serait en outre compatible avec l’utilisation à 100% de SAF (carburant d’aviation durable). Safran vise une mise en service de son moteur de nouvelle génération à l’horizon 2035, dans le cadre du programme RISE (pour « Revolutionary Innovation for Sustainable Engines »).

L’Usine Nouvelle du 22 juillet