INTERNATIONAL

Signature du pacte de l’Alliance Aukus – Rishi Sunak annonce une nouvelle augmentation des dépenses de Défense du Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a annoncé une nouvelle augmentation des investissements dans la Défense « afin de relever les défis d’un monde de plus en plus volatil et complexe ». 5 Md£ supplémentaires seront ainsi alloués dans les deux prochaines années. Ces sommes serviront à reconstituer les stocks de munitions essentiels, à moderniser l’arsenal nucléaire et à financer le programme de sous-marins Aukus. Cette enveloppe fait suite à une augmentation de 24 Md£ sur quatre ans des dépenses de Défense annoncée en 2020 et décrite comme la plus importante depuis la guerre froide. À plus long terme, Rishi Sunak affiche l’ambition de porter les dépenses de Défense à 2,5% du PIB. L’annonce est intervenue depuis les Etats-Unis, où le dirigeant a rejoint une réunion de la nouvelle alliance Aukus. Les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni ont signé un partenariat pour produire des sous-marins à propulsion nucléaire. Le plan, qui s’étend sur des décennies, représente la concrétisation de l’accord annoncé en septembre 2021.

Le Figaro et Ensemble de la presse du 14 mars

Un drone américain a été percuté par un avion russe

Mardi 14 mars, un chasseur Sukhoï Su-27 russe est entré en collision avec un drone MQ-9 Reaper américain au-dessus de la mer Noire, provoquant la perte de contrôle et la chute de ce dernier. « Notre drone effectuait des opérations de routine dans l’espace aérien international quand il a été intercepté et touché par un avion russe, entraînant le crash et la perte du MQ-9 », a déclaré le général James Hecker, commandant des forces aériennes américaines en Europe, dans un communiqué. Il s’agit du premier incident direct entre les Etats-Unis et la Russie depuis le début de la guerre en Ukraine. Les Etats-Unis ont dénoncé un acte « irréfléchi », « non professionnel » et « dangereux », et convoqué l’ambassadeur russe. Le ministère russe de la Défense a démenti tout contact entre les appareils.

Ensemble de la presse du 15 mars

Reprise des livraisons du B787

Vendredi 10 mars, la FAA a autorisé Boeing à reprendre les livraisons du B787 Dreamliner, dès cette semaine, selon Reuters. Les livraisons avaient été interrompues le 23 février 2023, après que Boeing a découvert, lors de l’examen des dossiers de certification, une erreur d’analyse de données liée à la cloison de pressurisation avant de l’avion. Boeing a déclaré qu’il n’envisageait aucun changement dans ses perspectives de production et de livraison pour l’année 2023 malgré cette interruption.

Air & Cosmos du 15 mars

L’Arabie saoudite commande 78 B787

Boeing annonce que les compagnies Saudia Airlines et Riyadh Air ont passé commande de 39 long-courriers B787 Dreamliner chacune, et posé des options pour 43 appareils supplémentaires. Ces avions seront équipés de moteurs General Electric. La Maison Blanche a estimé la valeur de la transaction à près de 37 Md$.

Ensemble de la presse du 15 mars

La Corée du Nord confirme avoir lancé jeudi un missile balistique intercontinental

La Corée du Nord a confirmé ce vendredi avoir lancé la veille un missile balistique intercontinental (ICBM), le deuxième cette année. Le missile, lancé en direction de la mer du Japon, était un Hwasong-17, a annoncé l’agence officielle KCNA, ajoutant que ce tir était une riposte aux exercices militaires américano-sud-coréens «frénétiques».

Ensemble de la presse du 17 mars

Taxe carbone aux frontières : les industriels européens redoutent une perte de compétitivité

L’instauration de la« taxe carbone aux frontières », qui a fait l’objet d’un accord à Bruxelles en décembre, suscite l’inquiétude des industriels français. Le « mécanisme d’ajustement carbone aux frontières » (MACF), assorti d’une disparition progressive des quotas carbone gratuits, leur fait craindre une perte de compétitivité. « C’est une bonne idée de taxer le carbone, à condition que tout le monde le fasse, et aujourd’hui ce n’est clairement pas le cas » insiste Alexandre Saubot, président de France Industrie. « Nous partageons totalement la philosophie de la réforme : l’industrie doit en effet se décarboner. Mais sa mise en œuvre nous paraît toujours impraticable. Le risque, c’est de remplacer un système qui préserve la compétitivité de notre industrie par une machine à désindustrialiser l’Europe », alerte-t-il.

Les Echos du 17 mars