L’Isae et l’Enac continuent de « faire le plein »

Malgré la crise qui frappe l’aéronautique de plein fouet, les écoles d’ingénieurs de Toulouse continuent de « faire le plein », galvanisées par la perspective d’un avion décarboné. « Contrairement à ce que nous aurions pu craindre au printemps dernier, nous n’avons pas observé de baisse d’attractivité de l’Institut », déclare Olivier Lesbre, directeur général de l’Isae-Supaero. En septembre, le taux des inscriptions a même augmenté de 11 %. Mathy Gonon, directeur des études et de la recherche à l’Enac (École nationale de l’Aviation civile), admet que la crise a eu « un léger impact sur la formation classique d’ingénieur. Nous avons eu une baisse de 10 % de l’affluence au concours. En revanche, sur le cursus de formation des pilotes, nous n’avons pas observé d’impact. » L’IsaeSupaero intègre, depuis 2014, les thématiques environnementales, avec le soutien de l’industrie, « en particulier des chaires avec des grands industriels comme Airbus et Safran », précise Olivier Lesbre.

La Tribune – 23/01