Vers des supply chains plus solides et plus courtes

Selon le cabinet Michaels Consultancy, les chaînes d’approvisionnement se seront consolidées après la crise pandémique, et surtout seront plus courtes afin de limiter les distances d’acheminement et les émissions de GES. Avant même la propagation du coronavirus, les prestations aéronautiques low-cost éloignées s’avéraient moins attractives. Les grands équipementiers et les fournisseurs de niveau 1 recourront toujours au « sourcing low-cost », comme l’atteste le nouvel accord conclu entre Boeing et Tata, ayant pour objet la production, à Hyderabad, d’ailettes verticales pour le 737. L’aileron du 737 a longtemps été fabriqué en Chine et en Corée du Sud par une filiale d’Avic, mais l’Inde s’est imposée à Boeing quand l’administration Trump a inscrit Avic sur la liste des entreprises chinoises dans lesquelles il était interdit d’investir. Le Mexique est une autre latitude propice pour les grands commanditaires aéronautiques. Felipe Sandoval, directeur général de Safran Seats, estime que, là-bas, toutes les étoiles sont en train de s’aligner pour un spectaculaire développement du pays dans l’aérospatiale.

Aviationweek.com – 16/02