Défense

SCAF : Safran Aircraft Engines, MTU Aero Engines et ITP Aero ont finalisé un accord de coopération pour la motorisation – Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines créent la société commune EUMET

Safran Aircraft Engines, MTU Aero Engines et ITP Aero ont finalisé un accord de coopération pour le développement, la production et le soutien communs du moteur du futur avion de combat européen (NGF), élément central du SCAF (Système de Combat Aérien du Futur). ITP Aero rejoint le programme en tant que partenaire majeur de la nouvelle société commune formée par MTU et Safran Aircraft Engines, baptisée EUMET (European Military Engine Team). « EUMET sera le seul partenaire contractuel des nations pour toutes les activités liées au moteur du futur avion de combat européen, avec ITP Aero comme partenaire majeur », ont précisé les trois motoristes. Cette société sera basée à Munich et sera dirigée par un directeur général nommé par Safran. Au sein d’EUMET, Safran Aircraft Engines aura la responsabilité d’ensemble de la conception et de l’intégration du moteur et MTU Aero Engines sera leader pour les services. ITP Aero sera pleinement intégré dans la conception du moteur et développera notamment la turbine basse pression et la tuyère. Selon le calendrier défini par les autorités nationales, la prochaine phase de recherche et technologie (R&T 1B/2) devrait franchir les processus d’approbation nationaux d’ici le milieu de cette année, précisent les motoristes.

La Tribune, BFM TV et Sud Ouest du 30 avril

Le général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace, sera le prochain commandant allié Transformation de l’OTAN

Le 28 mai, le Conseil de l’Atlantique Nord a approuvé la nomination du général Philippe Lavigne, de l’armée de l’Air et de l’Espace française, au poste de commandant suprême allié Transformation. Il succédera au général André Lanata en septembre 2021. Depuis la réintégration de la France dans l’OTAN, le poste de commandant suprême allié Transformation (ACT) est traditionnellement occupé par un militaire français. Le général Lavigne aura pour mission de superviser la transformation des capacités militaires de l’OTAN, de mener la transformation militaire de l’Alliance, en développant une analyse prospective des futurs défis pour la sécurité, en préparant l’interconnexion des forces, et en encourageant le développement de capacités interopérables novatrices.

B2Pro, 31 mai

Retour sur la troisième édition de l’exercice Atlantic Trident

Malgré la pandémie, l’exercice Atlantic Trident s’est déroulé en France du 17 au 28 mai sur la BA118 de Mont-de-Marsan. Les aéronefs français, britanniques et américains ont procédé à des exercices sur la façade Atlantique et dans le Massif Central. « L’objectif d’Atlantic Trident n’est pas d’évaluer les performances des uns et des autres, mais bien d’apprendre à travailler ensemble et d’aboutir à une meilleure connaissance mutuelle » indique le ministère des Armées. Durant leurs missions, les militaires ont utilisé la liaison de données L16 afin de suivre précisément les appareils et d’afficher sur les écrans des avions de combat les pistes virtuelles créées par le Centre Expert du Combat Collaboratif (CECC). Pour ceux qui étaient dépourvus de L16, le suivi se faisait uniquement via les transpondeurs et l’emploi des radars de surveillance aérienne. Par ailleurs, prenaient part à l’exerce des F-35A (Lockheed Martin) de l’US Air Force, et les F-35B embarqués sur le HMS Queen Elizabeth (ceux du 617 Squadron de la RAF et de la VMFA-211 des Marines américains). Des Typhoon (Airbus Defence and Space) britanniques étaient également engagés.

Aerobuzz, 31 mai

Avec l’Euroglider, la formation des pilotes améliorée

Le Siècle Digital et L’Usine Nouvelle consacrent un article à l’Euroglider, projet de planeur électrique autonome, dont le prototype a été présenté le 27 mai sur le site de l’Ecole de l’Air à Salon-de-Provence. Soutenu par le GIFAS, et réunissant l’Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile (AEDEVV), Dassault Aviation et les écoles d’ingénieurs du Groupe ISAE, le projet s’inscrit dans le programme Clean Sky de la Commission européenne. Le planeur, capable de s’envoler par ses propres moyens, permet d’importants progrès en termes de formation des pilotes, plus particulièrement ceux de l’armée de l’Air et de l’Espace : alors qu’avec un planeur traditionnel, une heure de vol nécessite une journée entière, l’Euroglider, en décollant sans l’aide d’un autre avion, permet un gain de temps essentiel. Par ailleurs, en compensant certains vents, le moteur permet de voler toute l’année, sous des conditions météorologiques auparavant disqualificatives. Le moteur électrique émet aussi moins de bruit, avec un gain de 20 à 25 décibels. « Il coche toutes les cases », résume Philippe Dujaric, directeur des Affaires sociales et de la Formation du GIFAS, cité par Le Siècle Digital.

Le Siècle Digital et l’Usine Nouvelle du 28 mai

La DGA mène les premiers essais du standard F4 du Rafale

La DGA (Direction générale de l’Armement) a mené du 26 au 29 avril de premiers tests du Rafale dans sa configuration F4-1. Une campagne composée de « huit missions complexes » et marquée par « cinquante sorties d’avions de combat », précise la DGA. « Deux Rafale F4-1 ont été insérés au sein d’un dispositif aérien de grande ampleur, comptant jusqu’à huit appareils en zone de combat pour les phases tactiques », poursuit la DGA. « Les équipages, dotés de viseurs de casque Scorpion, ont pu mettre en œuvre les nouvelles fonctionnalités de combat collaboratif, notamment la localisation précise d’autres aéronefs par des moyens passifs au sein d’une patrouille ». La compatibilité de ce viseur de casque Scorpion, conçu par Thales, fait partie des nouveautés du standard F4. Les équipages étaient composés de pilotes de la DGA, de l’armée de l’Air et de l’Espace, de la Marine nationale et de Dassault Aviation. Huit Rafale dont deux Rafale Marine, deux Mirage 2000 et deux Alphajet ont été employés. Les tests ont été effectués depuis la base aérienne base aérienne 125 « Charles Monnier » d’Istres (Bouches-du-Rhône).

L’Usine Nouvelle du 2 juin

La France a enregistré 4,9 milliards d’euros de commandes d’armement en 2020

En 2020, la France a enregistré 4,9 milliards d’euros de commandes d’armement en 2020, contre 8,3 milliards un an plus tôt, selon un rapport du ministère français des Armées remis mardi au Parlement, soit un recul de près de 41%, un phénomène lié aux effets de la crise sanitaire. Les récents succès du Rafale « sont cependant de bon augure pour l’année en cours », anticipent Les Echos. Cette baisse « ne traduit pas une tendance de fond », assure en effet le ministère, qui rappelle de récentes signatures d’importants contrats de vente de Rafale, à l’Egypte (30 exemplaires pour près de 4 milliards d’euros), à la Grèce (18 avions, dont 12 d’occasion) et la Croatie (12 Rafale d’occasion).

Les Echos et Ensemble de la presse du 2 juin

Éric Béranger, CEO de MBDA, en visite sur le site de Bourges

Éric Béranger, CEO de MBDA, était en visite, ce lundi 31 mai, sur le site du groupe à Bourges. A cette occasion, le dirigeant est revenu sur le rôle central de MBDA pour les armées de France et d’Europe. « Le rôle de MBDA, c’est de fournir, de délivrer à nos forces les moyens dont elles ont besoin pour leurs missions, pour notre souveraineté, et qu’elles en aient la liberté d’usage. Cela veut dire être au top de la technologie », a-t-il souligné, rappelant que « MBDA est unique. C’est la seule (entreprise) du monde occidental à être à un niveau équivalent à celui de nos camarades américains. La seule sur l’ensemble des besoins du champ de bataille, terrestre, air-air, et même dissuasion ».

Le Berry Républicain du 2 juin

Focus sur Athea, la société commune à Atos et Thales qui doit développer un logiciel souverain pour l’analyse de données

Les Echos se penchent sur le contexte entourant la création d’Athea, la société commune à Thales et Atos visant à développer une plateforme souveraine associant traitement de données massives et intelligence artificielle pour les secteurs de la défense, du renseignement et de la sécurité intérieure, dont le lancement a été annoncé la semaine dernière dans le cadre du programme technologique de la direction générale de l’armement (DGA). Destinée à développer un logiciel souverain dont les états-majors auront la pleine maîtrise, Athea a vocation à devenir un champion européen de l’analyse de données en grandes quantités (Big Data) pour les armées et le renseignement, capable de rivaliser avec l’américain Palantir. « Nous avons énormément de projets à venir car l’intelligence artificielle permise par l’analyse de grandes quantités de données est de plus en plus utile pour les militaires, que ce soit pour le renseignement, la cybersécurité ou la logistique des forces armées », souligne Marc Darmon, le directeur général adjoint de Thales. « Notre ambition est d’être l’outil qui réponde aux besoins techniques des programmes de défense et de sécurité », précise-t-il.

Les Echos du 3 juin

Exportations françaises d’armement : net rebond attendu en 2021

Troisième pays exportateur d’armement en 2020, derrière les États-Unis et la Russie, avec 4,9 milliards d’euros de ventes, la France s’attend à un net rebond en 2021, notamment suite à la signature de contrats qui ont été discutés mais n’ont pas pu aboutir en raison de la crise sanitaire, et surtout à « l’entrée en vigueur des trois contrats de vente de l’avion de combat Rafale pour 7,7 milliards d’euros », comme l’a souligné Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées, qui a présenté, ce mercredi, le rapport sur les exportations d’armement en 2020 remis au Parlement. « Le contrat signé avec la Grèce est entré dans le carnet de commandes 2021. Notre objectif est une entrée en vigueur des contrats avec l’Égypte et la Croatie d’ici à fin 2021 », a-t-il ajouté. « Au total, l’Europe est la première destination de nos exportations avec 25% de la valeur, contre 17% en 2017. C’est la seconde fois que nous vendons autant en Europe, hors l’année 2019 (47%) marquée par des contrats exceptionnels », souligne Hervé Grandjean. Le Moyen-Orient a représenté 24% du total, l’Asie-Océanie 22%, et l’Afrique 16%.

Le Figaro, La Tribune et L’Usine Nouvelle du 3 juin

L’Etat souhaite se doter d’une agence de lutte contre les manipulations de l’information

La France s’apprête à créer une agence nationale de lutte contre les manipulations de l’information en provenance de l’étranger visant à « déstabiliser l’État », a annoncé mercredi le Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), Stéphane Bouillon. Ce service, rattaché au SGDSN devrait être lancé dès le mois de septembre et mobiliser à terme jusqu’à 60 personnes qui travailleront en sources ouvertes, c’est-à-dire à partir d’éléments publics, a-t-il précisé au cours d’une audition devant la Commission défense à l’Assemblée nationale.

Le Figaro du 3 juin

Entretien avec le général Lavigne, chef d’Etat-major de l’armée de l’Air et de l’Espace (première partie)

Le Podcast du Journal de l’Aviation reçoit cette semaine le général Philippe Lavigne, chef d’Etat-major de l’armée de l’Air et de l’Espace. Dans la première partie de l’entretien, le général évoque le bilan du fonctionnement de l’armée de l’Air et de l’Espace suite à plus d’un an de crise sanitaire, soulignant que l’activité générale n’a été que faiblement réduite. L’armée a « continué à protéger, dissuader, intervenir » et a pu poursuivre ses entraînements, y compris avec des partenaires internationaux. Le général évoque également l’évolution à laquelle l’armée de l’Air et de l’Espace doit se préparer, et la nécessité de posséder une aviation de combat qui « doit conserver une supériorité opérationnelle ». « Le Rafale dans sa nouvelle version, qui permet d’emporter le missile Météor », est un atout crucial à cet égard.

Le Journal de l’Aviation du 3 juin

Barkhane : la France suspend les opérations militaires conjointes avec le Mali

Après le coup d’Etat du 24 mai, la France a « décidé de suspendre les opérations militaires avec les forces armées maliennes » et ce, « dans l’attente de garanties » sur un retour des civils au pouvoir à l’issue d’élections prévues en février, a annoncé hier le ministère des Armées. « Des exigences et des lignes rouges ont été posées par la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) et par l’Union africaine pour clarifier le cadre de la transition politique au Mali » et « dans l’attente de ces garanties, la France (…) a décidé de suspendre, à titre conservatoire et temporaire, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes ainsi que les missions nationales de conseil à leur profit » explique le ministère dans un communiqué.

Ensemble de la presse, 4 juin

Exportations d’armement : le gouvernement met en avant les transferts en direction de l’Europe et réagira prochainement aux propositions des députés Maire et Tabarot

Dans son rapport annuel au parlement présenté le 2 juin, le gouvernement constate que le montant global des exportations est en net recul par rapport à 2019 avec 4,9 milliards d’euros réalisés à l’export en 2020 contre 8,3 milliards d’euros l’an dernier. L’Arabie saoudite est le premier client en 2020, avec 703,9 millions de commandes contractualisées avec le royaume wahhabite. De façon plus surprenante, viennent ensuite les États-Unis, qui ont importé́ en 2020 pour 433,6 millions d’euros d’armement français, puis le Maroc (425,9 millions d’euros) et le Royaume-Uni (290 millions d’euros). Les acquisitions saoudiennes visent à se «se protéger d’attaques de drones », a justifié́ le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean. Il s’agit également de drones de déminage sous-marin et de munitions. Les exportations vers les Etats-Unis sont liées pour leur part à la vente de sonars. Le rapport en préambule rappelle que ces opérations sont menées « dans le respect le plus strict des exigences liées aux exportations d’armement, en pleine conformité́ avec nos valeurs et nos engagements internationaux ». Le rapport est toutefois publié dans un contexte particulier compte tenu de la publication le 18 novembre 2020 du rapport sur le contrôle des exportations d’armement présenté par les députés Jacques Maire et Michèle Tabarot. Le gouvernement devrait « communiquer prochainement » sur ce document « toujours en cours d’examen », a précisé́ le porte-parole du ministère des Armées, mercredi. Enfin, les transferts en direction de l’Union européenne représentent 25% du total, contre 17% en 2017.

Le Monde, 4 juin

Inauguration du D-Day Wings Museum à Bretteville-sur-Odon

Le D-Day Wings Museum, musée consacré aux opérations aériennes du Jour J en Normandie, a ouvert ses portes le 19 mai 2021. Il a pour vocation de présenter les matériels utilisés lors de l’opération Overlord du 6 juin 1944. Pour commémorer le débarquement des Alliés en Normandie, il organise du 5 au 7 juin 2021 les « Spitfire Days » avec des expositions et des baptêmes de l’air en T-6. Seront présentés en vol un Spitfire et un North-American T-6.

Aerobuzz, 3 juin