ENVIRONNEMENT

Airbus et Singapour signent un accord pour la création d’un centre d’hydrogène

Airbus a signé un accord de coopération avec Changi Airport Group, la société Linde (société mondiale de gaz industriels et d’ingénierie), et l’Autorité de l’aviation civile de Singapour (CAAS), afin d’étudier le potentiel d’un futur pôle hydrogène à Singapour. Les partenaires entendent soutenir la décarbonisation de l’industrie aéronautique et atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2050. Cette collaboration s’inscrit dans le cadre d’un accord antérieur avec la CAAS visant à évaluer les infrastructures d’hydrogène, en élargissant le champ d’application pour inclure l’aéroport et le fournisseur d’énergie. Airbus fournira des caractéristiques sur la configuration des avions et l’utilisation énergétique de la flotte, des informations sur les avions à hydrogène pour les opérations au sol et des données sur la montée en puissance estimée des avions à hydrogène dans les aéroports. « La région Asie-Pacifique jouera un rôle clé alors que nous nous efforçons de faire de l’aviation climatiquement neutre une réalité » a déclaré Sabine Klauke, directrice technique d’Airbus. L’utilisation de l’hydrogène pour alimenter les futurs avions devrait non seulement réduire considérablement les émissions des avions dans les airs, mais pourrait également contribuer à décarboniser les activités de transport aérien au sol.

Air & Cosmos du 17 février et BFM Bourse du 15 février

Pratt & Whitney sélectionné par le gouvernement américain pour développer une nouvelle technologie de propulsion à hydrogène

Pratt & Whitney a été sélectionné par le ministère américain de l’énergie (DoE) pour développer une nouvelle technologie de propulsion à hydrogène à destination de l’aviation commerciale. Cette sélection intervient dans le cadre du programme ARPA-E (Advanced Research Projects Agency-Energy) du DoE. Avec le projet HySIITE (Hydrogen Steam Injected, Inter-Cooled Turbine Engine, Moteur à turbine à injection de vapeur d’hydrogène et à refroidissement air-air), Pratt & Whitney veut utiliser la combustion d’hydrogène liquide et la récupération de la vapeur d’eau pour parvenir à une absence totale d’émissions de CO2 en vol, tout en réduisant les émissions d’oxyde d’azote (NOx) jusqu’à 80% et la consommation de carburant jusqu’à 35% pour la prochaine génération d’avions monocouloirs.

Air & Cosmos du 22 février

Airbus et CFM International franchissent une étape majeure vers la mise au point d’un avion zéro émission

Airbus a signé un accord de partenariat avec CFM International, joint-venture à parité égale (50/50) entre General Electric (GE) et Safran Aircraft Engines, pour mettre en place un programme d’essais et explorer, de manière approfondie, la combustion d’hydrogène dans un moteur aéronautique. L’objectif du programme est de tester au sol et en vol un moteur à combustion directe alimenté à l’hydrogène, en vue de l’entrée en service d’un avion zéro émission d’ici 2035. La démonstration sera effectuée sur un avion d’essais A380 équipé de réservoirs d’hydrogène liquide préparés par les sites d’Airbus en France et en Allemagne. Airbus définira les spécifications du système de propulsion à hydrogène, supervisera les essais en vol, et fournira la plateforme de l’A380 qui permettra de tester le moteur à hydrogène en phase de croisière. CFM International se concentrera sur la modification de la chambre de combustion, le circuit carburant et le système de commande d’un turboréacteur GE Passport afin qu’il fonctionne à l’hydrogène. « Depuis la présentation de nos concepts ZEROe en septembre 2020, cette étape est l’une des avancées les plus significatives chez Airbus pour permettre l’avènement du vol à hydrogène », a déclaré Sabine Klauke, Chief Technical Officer d’Airbus. « En s’appuyant sur l’expertise des motoristes américains et européens pour faire progresser la technologie de la combustion de l’hydrogène, ce partenariat international reflète la volonté de notre industrie de faire de l’aviation zéro émission une réalité », ajoute-t-elle. « La combustion à hydrogène fait partie des technologies fondamentales que nous développons et que nous portons à maturité dans le cadre du programme CFM RISE », souligne Gaël Méheust, Président et CEO de CFM International. « Grâce à l’association des capacités et expériences de CFM, de nos maisons-mères et d’Airbus, nous disposons de l’équipe idéale pour effectuer la démonstration d’un système de propulsion à hydrogène ». CFM International et Airbus rappellent leur ambition commune en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique, concrétisée par l’engagement pris par les deux entreprises lors de la signature des objectifs du groupe d’action sur les transports aériens (ATAG) en octobre 2021, qui consistent à atteindre la neutralité carbone dans l’industrie du transport aérien d’ici à 2050.

Ensemble de la presse du 23 février