Environnement

Avion décarboné : focus sur l’aile à fort allongement haubanée

Le magazine Air & Cosmos consacre cette semaine un article détaillé au projet U-Harward, projet européen mené dans le cadre de Cleansky II, auquel contribue l’ONERA. Ce projet est l’héritier direct du projet Albatros, lancé par l’ONERA en 2010, qui a permis de grands progrès dans l’étude des voilures à fort prolongement haubanées. U-Harward envisage l’utilisation de conceptions aérodynamiques et aéroélastiques innovantes, afin de faciliter le développement d’ailes à ultra-haut rapport de forme pour les grands avions de transport. Les ailes à fort allongement présentent des avantages aérodynamiques certains, mais leur usage demeure pour le moment limité en raison des importantes contraintes qu’elles présentent, notamment en termes de masse structurale. L’aile à fort allongement haubanée compte parmi les solutions les plus prometteuses.

Air & Cosmos du 14 mai

En partenariat avec Airbus, Total et le groupe ADP, Air France effectue son premier vol long-courrier utilisant du biocarburant produit en France

Un Airbus A350 d’Air France a relié, mardi 18 mai, Paris CDG à Montréal en emportant pour la première fois dans ses réservoirs 16% de biocarburant, ou SAF (« sustainable aviation fuel », carburant aérien durable) produit par Total dans ses usines françaises. Ce premier SAF produit en France a été certifié ISCC-EU par l’International Sustainability & Carbon Certification, un organisme indépendant qui en garantit la durabilité. Son incorporation sur ce vol a permis d’éviter l’émission de 20 tonnes de CO2. La législation française prévoit aujourd’hui l’incorporation de 1% de biocarburant de ce type sur tous les vols au départ de France à partir de 2022, en amont de l’ambition d’incorporation progressive (à hauteur de 2% à l’horizon 2025, et de 5% à l’horizon 2030) qui sera portée dans le cadre du « Green Deal » européen. Ce vol s’inscrit dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt qui avait été officiellement lancé par le gouvernement français en janvier 2020. Il reflète l’ambition des quatre groupes de décarboner le transport aérien et de développer une filière française de production de SAF, prérequis nécessaire à la généralisation de leur utilisation dans les aéroports français. Air & Cosmos rappelle qu’Air France est l’un des pionniers de l’expérimentation des SAF, ayant réalisé notamment, entre 2014 et 2016, 78 vols avec 10% de SAF, en collaboration avec une filiale de Total. Airbus mène quant à lui des tests afin de certifier en vol les avions de ligne avec 100% de SAF.

Ensemble de la presse du 19 mai