ESPACE

Optus choisit Arianespace pour lancer son onzième satellite géostationnaire

Pour la 7ème fois depuis le lancement, en septembre 1987, du satellite géostationnaire de télécommunications Aussat A3 (sur Ariane 3), Arianespace se voit confier un nouveau passager par SingTel Optus, second opérateur de téléphonie mobile en Australie. Ce nouveau contrat entre les deux sociétés est le 6ème d’affilée, ce qui signifie qu’Arianespace aura réalisé tous les lancements d’Optus depuis vingt ans. Le placement du satellite Optus 11 sur orbite de transfert géostationnaire est prévu pour la seconde moitié de 2023. C’est le futur lanceur lourd européen Ariane 6 qui réalisera la mission, dans une configuration qui lui fournira des performances supplémentaires, afin d’injecter le satellite sur une orbite à haute énergie. La construction d’Optus 11 a été confiée en juillet 2020 à Airbus Defence and Space, dont c’est le premier contrat avec Optus : il s’agissait là de la 4ème vente de sa nouvelle plateforme OneSat, entièrement reconfigurable sur orbite.

Air & Cosmos du 18 novembre

Le premier satellite Inmarsat-6 construit par Airbus Defence and Space a été expédié au Japon

Le premier satellite de la série Inmarsat-6, I-6 F1, construit par Airbus Defence and Space, a été expédié depuis Toulouse vers Tanegashima au Japon, pour y être lancé. Le satellite doit voler en décembre sur un lanceur H-IIA, construit par Mitsubishi Heavy Industries (MHI). « Inmarsat-6 F1 est basé sur le véhicule spatial Eurostar E3000 ultra-fiable d’Airbus et sera le 54ème de ces satellites à être lancé. Il sera également le 5e Eurostar en orbite doté d’une propulsion électrique pour la mise à poste, renforçant ainsi la première place mondiale d’Airbus pour les satellites à propulsion électrique », précise Airbus Defence and Space. Avec une capacité et une flexibilité accrues, le satellite permettra à Inmarsat d’offrir des services en bande L plus avancés, notamment des services mobiles à très faible coût et des applications IoT du secteur de la mobilité sur terre, en mer et dans les airs. François Gaullier, responsable des systèmes de télécommunications au sein d’Airbus Defence and Space, a commenté : « Inmarsat-6 F1 est équipé de l’une des charges utiles à traitement numérique les plus sophistiquées que nous ayons jamais construites et offre une flexibilité, une capacité et un potentiel remarquables. En tant que fournisseur de longue date d’Inmarsat, ayant construit les satellites Inmarsat-4 et Alphasat, Airbus est fier de continuer à aider Inmarsat à rester au sommet de son art grâce au changement de capacité apporté par Inmarsat-6 ». Inmarsat-6 aura une masse au lancement de 5,5 tonnes, une puissance de 21 kW et une durée de vie de plus de 15 ans.

Zone-Bourse.com du 23 novembre

Space Data Marketplace, une plateforme pour faciliter l’exploitation des données spatiales

Dawex, startup française créée en 2015, spécialisée dans le développement de plateformes d’échanges de données, entend offrir une plateforme dédiée à l’échange de données spatiales dès le premier trimestre 2022, dénommée Space Data Marketplace. L’objectif est de démocratiser l’accès aux données spatiales pour en élargir l’exploitation. Space Data Marketplace a été sélectionnée par le CNES et l’Etat comme lauréat dans le cadre du plan France Relance. Airbus Defence and Space, Thales Alenia Space et Dassault Systèmes contribuent, entre autres, au projet. Dawex vise différents secteurs d’activité, tels que l’agriculture, l’énergie, l’automobile ou la logistique. Par sécurité, « la plateforme n’est pas partie prenante à l’échange de données », souligne Laurent Lafaye, PDG de Dawex. « Lorsque l’échange de données a lieu au sein de la plateforme, elles sont alors chiffrées. Mais le fournisseur et l’acquéreur peuvent échanger leurs données en dehors de la plateforme. Dans les deux cas, nous n’avons pas accès aux données ».

L’Usine Nouvelle du 23 novembre

Satellites OneSat : Comat signe un contrat avec Airbus Defence and Space

Comat, société spécialisée dans le spatial, a été sélectionnée par Airbus Defence and Space pour fabriquer et intégrer un sous-système clé pour la famille de satellites OneSat. Comat sera chargée de l’industrialisation, la fabrication, l’intégration et les tests de réception d’un mécanisme clé du sous-système de déploiement et de pointage, afin de soutenir le développement de ces satellites de nouvelle génération. Le contrat-cadre signé couvre plusieurs années et représente plusieurs dizaines de ces équipements. Ce contrat « confirme la position de Comat en tant qu’équipementier. Il s’agit d’une nouvelle étape dans notre collaboration avec Airbus Defence and Space », a déclaré Ludovic Daudois, Directeur Général de Comat. Olivier Mathieu, responsable du programme OneSat au sein d’Airbus Space Systems, a souligné : « nous sommes ravis d’associer nos forces à des PME spécialisées et révolutionnaires, comme Comat ».

La Dépêche du Midi du 23 novembre