DEFENSE

Entretien avec Patrice Caine, PDG de Thales : l’industrie de Défense française, une excellence technologique à sauvegarder

Patrice Caine, PDG de Thales, accorde un entretien à Ouest-France. Il rappelle l’excellence technologique du groupe, et évoque son ancrage dans l’ouest de la France : « nous sommes parmi les leaders mondiaux dans plusieurs activités et la Bretagne y contribue. À Étrelles (Ille-et-Vilaine), nous produisons par exemple, des cartes électroniques de très haute technicité qui équipent les radars des avions Rafale de Dassault. Le site de Brest (Finistère) est une référence mondiale pour l’acoustique sous-marine. Enfin, le site de Cholet (Maine-et-Loire), bientôt centenaire, est spécialisé dans les communications militaires sécurisées », explique-t-il. Il rappelle la reconnaissance internationale dont bénéficie Thales, indiquant que la Marine américaine « nous achète certaines technologies de pointe qu’elle ne trouve pas aux États-Unis : nous équipons par exemple l’US Navy et les Garde-côtes américains. C’est une des preuves de notre excellence mondiale ». Le dirigeant attire l’attention sur la nécessité de sauvegarder le financement de l’industrie de Défense : « Comme l’a dit Florence Parly, la ministre des Armées, on ne peut pas mettre sur le même plan l’industrie du tabac, par exemple, et ce qui relève de notre protection à tous, la Défense. Il n’y aura pas d’avenir si on détruit la planète d’un point de vue environnemental. Mais il n’y aura pas d’avenir non plus si nos gouvernements ne peuvent pas garantir la sécurité et la stabilité de nos démocraties », insiste-t-il. Il se félicite de ce que l’Europe « vient de se doter d’un Fonds européen de défense qui financera des programmes de recherche », et salue « Plusieurs coopérations qui sont des réussites : le Tigre (hélicoptère d’attaque franco-allemand) et le NH90 (hélicoptère de transport européen) sont de formidables succès technologiques », de même que le programme de l’A400M : « Airbus a réalisé là une prouesse ».

Ouest-France du 24 janvier

Le Rafale est opérationnel en Grèce

L’avion de combat Rafale, développé par Dassault Aviation, a effectué ses premières heures de vol en Grèce. Le 19 janvier dernier, l’armée de l’Air grecque a reçu ses six premiers Rafale sur sa base de Tanagra, au nord d’Athènes. Air & Cosmos rappelle que la Grèce a opté pour le Rafale au standard F3R, incluant notamment la nacelle de désignation TALIOS (Targeting Long-range Identification Optronic System) de Thales, le système d’auto-défense SPECTRA modernisé (Système de Protection et d’Évitement des Conduites de Tir du RAfale), développé par Thales et MBDA, le moteur M88 à durée de vie augmentée de Safran Aircraft Engines, et la possibilité d’emport du missile air-air Meteor de MBDA. Ce dernier, un missile air-air au-delà de la portée visuelle (ou BVRAAM pour beyond-visual-range air to air missile) d’une portée de plus de 150 km, possède une no-escape zone (zone où l’appareil visé n’a aucune chance de s’échapper) la plus large pour cette catégorie de missile. L’an passé, l’armée de l’Air et de l’Espace française avait présenté un Rafale F3R en configuration air-air équipé de deux Meteor, indique Air & Cosmos.

Air & Cosmos du 24 janvier

L’Espagne donne son feu vert au programme Eurodrone

Le Conseil des ministres espagnol a autorisé ce mardi le financement du développement, de la production et du soutien du programme européen MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aircraft System), ou Eurodrone, piloté par l’OCCAR (Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement). L’Allemagne, la France et l’Italie participent également à ce programme, dont les partenaires industriels sont Airbus Defence and Space, Dassault Aviation et Leonardo. Le budget alloué par le gouvernement espagnol est de 1,73 Md€. Cet accord « ouvre la voie à la signature d’un contrat sur ce programme », comme l’a twitté Michael Schoellhorn, CEO d’Airbus Defence and Space.

La Tribune et Aviacionline du 26 janvier