ESPACE

En décembre 2022, Arianespace mettra en orbite le premier satellite météorologique dédié à l’Afrique

Le lanceur Ariane 5 prendra en décembre son dernier envol, destiné à mettre en orbite MTG-I1, le premier satellite exclusivement dédié au continent africain. Ce nouveau satellite géostationnaire, le premier de la flotte nouvelle génération MTG, opéré par Eumetsat (European Organisation for the Exploitation of Meteorological Satellites), surveillera l’ensemble du continent pour fournir des données météorologiques et climatiques à haute fréquence. L’objectif est de suivre et anticiper les événements météorologiques extrêmes qui commencent à se multiplier en Afrique suite au dérèglement climatique : selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 118 millions d’Africains parmi les plus pauvres seront exposés d’ici à 2030 à des sécheresses, des inondations et des chaleurs extrêmes. Le lanceur portera, sur la coiffe, la reproduction d’une fresque à six mains, intitulée « Memory of today, Memory of the future », et signée par trois artistes contemporains, le Camerounais Jean-David Nkot et les Congolais Michel Ekeba et Géraldine Tobé.

Le Monde du 20 avril

Comment l’expertise du spatial profite à l’aviation décarbonée

Air & Cosmos revient sur l’accord entre ArianeGroup et ses maisons-mères, Airbus et Safran, annoncé en décembre 2021 « pour développer les activités de propulsion hydrogène pour l’aéronautique à Vernon ». « Nous sommes, pour l’heure, au sein des études d’avant-projet », explique Bruno Goirand, chef de projet pour la diversification au sein du pôle Propulsion liquide d’ArianeGroup. « Nous sommes en train d’identifier quelles technologies spatiales vont pouvoir servir à la conception des systèmes du moteur à hydrogène aéronautique et des équipements associés ». L’objectif est de décider, d’ici 2025, du choix du design et des technologies, et de réaliser des essais sur maquette à échelle réduite d’un système d’alimentation de moteur utilisant de l’hydrogène aéronautique, en s’appuyant, notamment, sur des équipements issus du programme Ariane 6.

Air & Cosmos du 15 avril

Contrat Amazon : « la continuité de l’aventure Ariane »

Air & Cosmos consacre un dossier au lanceur Ariane 6, pour lequel Arianespace vient de remporter un contrat de 18 missions avec Amazon pour la mise en orbite de la constellation Kuiper. Ce contrat historique « pourrait peser sur l’organisation industrielle de la production du futur lanceur lourd », selon le magazine. Charles Bigot, directeur général puis président d’Arianespace entre 1982 et 1997, commente : « ce contrat me remplit d’admiration et de satisfaction, car j’y vois la grande continuité de l’aventure Ariane ». Il salue « Ariane 6, plus versatile, répondant à la totalité des besoins de lancement ». Wiener Kernisan, président du bureau Arianespace implanté à Washington, déclare : « ce contrat représente plus de deux années de négociations avec nos clients. Une relation toujours basée sur l’écoute et la compréhension mutuelle, au sein de laquelle notre capacité à adapter notre offre pour toujours mieux répondre à leurs besoins a été déterminante ».

Air & Cosmos du 15 avril