ESPACE

Télescope James Webb : les vérifications en orbite terminées pour l’instrument NIRSpec

Airbus a annoncé lundi que le spectrographe infrarouge NIRSpec (Near Infrared Spectrograph), un instrument clé du télescope spatial James Webb, a passé avec succès l’ensemble de ses tests fonctionnels en orbite, et se rapproche de la livraison de ses premiers résultats. L’équipe de mise en service de NIRSpec, comprenant des experts d’Airbus, a effectué les tests alors que le Webb se refroidit à des températures cryogéniques, ce qui lui permet de fonctionner sans perturbations infrarouges qui pourraient affecter ses observations. Le télescope s’approche de sa température opérationnelle d’environ -235 °C (38 K), et la réussite des tests constitue une étape cruciale dans la mise en service de NIRSpec. Depuis le lancement de James Webb, les membres de l’équipe des sites Airbus à Munich et Friedrichshafen surveillent en permanence son refroidissement depuis le centre des opérations de la mission au Space Telescope Science Institute de Baltimore (Maryland). La prochaine phase de mise en service, qui durera deux mois, doit notamment comprendre des tests de performance. Airbus souligne que NIRSpec est si précis qu’il pourrait détecter une allumette en combustion sur la Lune. Ce niveau de détail sans précédent fait du télescope James Webb une « machine à remonter le temps », qui doit permettre de voir comment les premières galaxies se sont formées. « Le télescope Webb marquera un tournant dans la façon dont nous voyons notre Univers », a déclaré Jean-Marc Nasr, Président d’Airbus Defence and Space et Executive vice-President d’Airbus Space Systems. « Nos contributions aux instruments NIRSpec et MIRI représentent le sommet de la technologie de l’astronomie moderne. Chez Airbus, nous apporterons notre expérience inégalée et serons un partenaire clé dans les futures découvertes de la mission Webb ».

La Tribune du 10 mai