DEFENSE

Air France KLM E&M assurera la maintenance des AWACS de l’OTAN

AFI KLM E&M et IAMCO (International Aerospace Management Company), en charge de la maintenance des stocks d’équipements de la flotte d’E-3A AWACS (Airborne Warning and Control System) de l’OTAN, ont annoncé la conclusion d’un contrat de support sur 10 ans. Dans le cadre de cet accord, AFI KLM E&M sera chargé des services de maintenance des équipements en régie pour les 14 AWACS de l’OTAN, principalement pour une large gamme avionique et hydraulique et un soutien technique personnalisé.

Aerobuzz du 10 juin

Le président de la commission de la Défense du Sénat, Christian Cambon, intervient sur le futur de l’Europe de la Défense

Le président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des forces armées, Chistian Cambon, s’est livré lors du Paris Air Forum sur l’avenir de l’Europe de la Défense et sur l’état des projets en cours. Le sénateur Les Républicains du Val-de-Marne a rappelé sa déception dans le dossier du Rafale suisse, Berne ayant annoncé sa volonté d’acheter 36 appareils F-35 du fabricant américain Lockheed Martin pour un montant de l’ordre de 4,6 Md€, et a reconnu les limites des pouvoirs des parlementaires français en comparaison de leurs homologues allemands par exemple. Le Bundestag sait rester indépendant du gouvernement allemand et du chancelier, quand il s’agit de voter les financements des grands programmes d’armement. Par ailleurs, le conflit en Ukraine marque une bascule et nécessite que les logiciels en matière de politique de Défense soient remis à zéro. Le président de la commission de la Défense du Sénat déplore les retards pris par le programme SCAF (système de combat aérien du futur). « Il y avait des accords qui avaient été conclus d’un équilibre entre le SCAF et le MGCS (programme franco-allemand de char de combat du futur). Le MGCS étant plutôt piloté par l’Allemagne, le SCAF plutôt par la France. Le pilier 1 (associant Dassault et Airbus autour de l’avion de combat) pose des problèmes techniques et technologiques et qui font l’objet véritablement d’une grande difficulté ». Le Royaume-Uni est alors désigné comme un partenaire potentiel : « Le Brexit ne doit pas tirer un trait définitif sur la coopération avec nos amis britanniques qui eux-mêmes proposent un autre projet, le Tempest avec les Italiens ». Christian Cambon cite finalement en exemple le programme CAMO, de la modernisation franco-belge des blindés légers, en partenariat avec la Belgique, qui est pour lui « un vrai sujet de satisfaction ».

L’Usine Nouvelle du 13 juin

Michael Schoellhorn, président d’Airbus Defence and Space, interrogé par Les Echos

Michael Schoellhorn livre un entretien au quotidien Les Echos où il revient sur les projets en cours et futurs d’Airbus Defence and Space. Satisfait des hausses de commandes depuis deux ans, les hausses des budgets militaires confirment les ambitions du groupe à moyen terme. Le fonds spécial allemand de 100 Md€ va notamment permettre de financer des programmes qui attendaient de l’être depuis des années. Pour l’heure, Airbus se voit confirmer la commande de 15 Eurofighter dédiés aux missions de guerre électronique actuellement assurées par les Tornado et devrait se voir confier le remplacement progressif des 43 autres Tornado vieillissants dédiés aux missions d’attaque au sol. Parmi les 41 Md€ alloués aux forces aériennes, outre l’achat des F-35 américains, le fonds spécial servira au développement du SCAF. Malgré une divergence d’interprétation entre Airbus et Dassault sur le partage des tâches sur les commandes de vol et la furtivité, Michael Schoellhorn plaide pour une nouvelle impulsion dans les discussions : « Si nous voulons réussir à pérenniser une offre et une industrie européenne, il nous faut surmonter les méfiances pour trouver une solution gagnante pour tous. Et ceci est précisément ce qui constitue l’ADN d’Airbus ». L’entretien revient également sur l’Eurodrone, le projet pour la surveillance à moyenne altitude et longue endurance, et plus généralement sur le rôle croissant des drones aériens dans la guerre de haute intensité. Finalement, le président d’Airbus Defence and Space annonce que la feuille de route de la production et des capacités opérationnelles de l’A400M est désormais stabilisée : « L’excellente coopération avec la DGA et l’armée de l’Air française a permis d’atteindre l’actuel niveau de capacité opérationnelle de l’appareil ».

Les Echos du 13 juin

Eurosatory 2022 : la Marine déclare une 1ère capacité sur le SMDM d’Airbus

Le drone Airbus SMDM revient d’une campagne couronnée de succès en Méditerranée, à bord du patrouilleur Commandant Bouan, ce qui va ouvrir la voie à une 1ère capacité opérationnelle dès ce mois de juin, pour une admission au service actif d’ici la fin de l’année. Depuis 2018, la force d’action navale dissémine des micro-drones sur ses navires, mais en 2022 et pour la première fois, elle va pouvoir faire durer des drones en vol. Le SMDM, envoyé par une catapulte, dure trois heures en vol. La récupération se fait dans un imposant filet placé en quelques minutes sur la plateforme arrière. Le drone offre ainsi une capacité de levée de doute dans un rayon supérieur à 50 km autour du navire. Il faudra un vivier de 5 marins sur un équipage d’à peine une centaine : trois télépilotes et deux pour gérer le filet au retour de vol. Pour l’instant, le SMDM s’est seulement frotté aux pêcheurs illégaux de thon rouge dans le golfe du Lion, sa prochaine étape sera de suivre le PHM dans le cadre de l’opération Irini (trafic d’armes et d’êtres humains au large de la Libye) et Corymbe, dans le golfe de Guinée.

Air & Cosmos du 13 juin

La Lituanie va acheter 18 canons Caesar à Nexter

En visite au salon Eurosatory, où il a rencontré plusieurs homologues, le nouveau ministre des Armées Sébastien Lecornu a reçu de la part du ministre de la Défense lituanien, Arvydas Anusauskas, une lettre d’intention pour l’acquisition de systèmes d’artillerie Caesar. Fabriqué par Nexter, le canon, dont 6 exemplaires ont déjà été livré à l’Ukraine et dont un nouveau lot de 6 canons pourrait bientôt lui être livré, remporte un grand succès. La Lituanie pourrait donc en acquérir 18 exemplaires. Il y a quelques semaines, c’est la Belgique qui avait annoncé son souhait d’acheter 9 systèmes pour 62 M€, et l’ancienne ministre Florence Parly s’était félicitée de la cohérence du choix belge en faveur d’une Défense européenne « solide et concrète ». La France détient 76 canons de ce type, alors que le but fixé par la Loi de Programmation Militaire était d’en détenir plus d’une centaine. Avec ces 12 canons livrés, elle se prive déjà de 20% de son matériel. Pour Nexter, l’un des enjeux à venir sera de produire davantage. Jusqu’à présent, l’usine de Bourges qui fabrique les canons en réalisait environ 9 par an avec un cycle de fabrication de 18 mois.

Les Echos du 14 juin

NH Industries signe un contrat de support opérationnel des NH90

La NAHEMA (NATO Helicopter Management Agency) a signé au nom de la France et de l’Allemagne, avec le consortium NH Industries (composé d’Airbus Helicopters, Leonardo et Fokker), le nouveau contrat de soutien opérationnel du NH90, un contrat de service basé sur la performance. Développé dans le cadre d’un programme en coopération européenne rassemblant l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie et les Pays-Bas, l’hélicoptère NH90 se décline en deux versions : le TTH (Tactical Transport Helicopter) pour les missions d’appui aux forces terrestres, et le NFH (NATO Frigate Helicopter) pour les missions de secours maritime et de lutte antinavire et anti sous-marine. Choisi par neuf autres pays, ce sont au total 597 hélicoptères NH90 qui ont été commandés, et plus de 460 livrés. L’objectif du nouveau contrat est de mettre immédiatement à disposition des armées des rechanges pour la maintenance et les réparations. La fourniture des pièces de rechanges relèvera désormais de la responsabilité de l’industrie. Ceci comprend la planification matérielle des fabrications, un stockage basé sur les besoins et le respect des délais de livraison dans les entrepôts des unités de chacune des armées concernées, ainsi que des réparations industrielles effectuées chez Airbus Helicopters.

Boursier.com du 14 juin

La centrale SkyNaute de Safran Electronics & Defense équipera les hélicoptères H160M Guépard des forces françaises

Airbus Helicopters a sélectionné Safran Electronics & Defense pour la fourniture de centrales de navigation SkyNaute, afin d’équiper les futurs hélicoptères H160M, développés dans le cadre du programme d’hélicoptère interarmées léger (HIL). Ce contrat fait suite à la commande du ministère des Armées portant sur 169 hélicoptères « Guépard », fin décembre 2021. SkyNaute est un système de navigation inertielle hybride ultra compact, basé « sur une technologie disruptive et brevetée Safran, le HRG Crystal », précise Safran Electronics & Defense. Il possède une durée de vie « quasi illimitée », une résistance aux environnements éprouvants et une grande fiabilité. « Combinant haute intégrité et précision, la centrale de navigation SkyNaute garantit un niveau de performance élevé, même en cas d’absence ou de brouillage des signaux GNSS (global navigation satellite systems). Elle permettra ainsi aux équipages du H160M de mener à bien l’ensemble de leurs missions sur les théâtres d’opérations les plus exigeants », souligne Safran Electronics & Defense.

Air & Cosmos du 15 juin

Focus sur Safran Electronics & Defense

Air & Cosmos consacre un article à Safran Electronics & Defense, qui a réalisé plusieurs acquisitions récentes confortant encore son périmètre, notamment dans l’optronique et le PNT (position, navigation, temps) résilient. Le groupe a acquis la société norvégienne Sensonor, rebaptisée Safran Sensing Technologies Norway, ainsi que la société Orolia, spécialisée dans le PNT résilient, et a racheté, avec MBDA, CILAS, le spécialiste français des lasers. Safran Electronics & Defense a confirmé son intention de livrer les premiers SDT (systèmes de drones tactiques) pour la fin de l’année : cinq avions et deux stations-sol. Les progrès réalisés dans la fabrication de l’AASM (armement air-sol modulaire) en 2015-2016 suite aux demandes de l’Etat ont constitué « un engagement très ambitieux permettant de remonter de 20 à 80 AASM par mois. Nous avons développé une version optimisée de l’AASM vendue à un prix plus bas. Nous avons fait état à la DGA de notre capacité à franchir un cap pour augmenter notre cadence. C’est notre métier d’industriel de faire de la cadence de production et de voir comment optimiser les coûts », explique Martin Sion, Président de Safran Electronics & Defense, cité par Air & Cosmos.

Air & Cosmos du 15 juin

Salon Eurosatory 2022 : dossier spécial d’Air & Cosmos

Air & Cosmos consacre un dossier au salon Eurosatory 2022, qui s’est tenu du 13 au 16 juin à Paris. Le magazine publie notamment un article présentant les évolutions du parc d’hélicoptères de l’armée de Terre. Le standard 2 du Tigre sera évalué à l’automne 2022, tandis que le Guépard doit arriver en 2027. Le 4ème régiment d’hélicoptères des forces spéciales (RHFS) a de plus conclu un accord de coopération renforcée avec le GAMSTAT (Groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre) de Valence, qui dispose « de moyens réservés, en hélicoptères, en experts de domaines et en capacité de fabrication pour le soutien aux expérimentations ».

Air & Cosmos du 10 juin