DEFENSE

L’Espagne commande 20 avions de chasse Eurofighter pour plus de 2 Md€

Airbus a annoncé la signature définitive d’un contrat très attendu de 2,04 Md€ avec le gouvernement espagnol pour la vente de 20 nouveaux avions de chasse Eurofighter de dernière génération. Le contrat, passé dans le cadre du programme Halcon, prévoit la livraison de 16 avions de combat monoplaces et de 4 biplaces équipés de radars à balayage électronique (E-Scan). Les nouveaux avions remplaceront la flotte des F-18 Hornet exploités par l’armée de l’Air espagnole dans les îles Canaries, et seront livrés entre 2026 et 2030. Cette commande, qui portera à 90 le nombre total d’Eurofighter espagnols, doit assurer de la charge de travail pour cinq ans à l’usine d’assemblage d’Airbus de Getafe en Espagne, ainsi qu’à de multiples sous-traitants. L’Espagne démarre ainsi la modernisation de sa flotte, il lui reste encore à remplacer une cinquantaine de vieux F-18 ainsi qu’une vingtaine d’Eurofighter de 1ère génération.

Ensemble de la presse du 24 juin

Prochaine commande de 6 H145M pour Chypre

Le ministère de la Défense chypriote serait sur le point de commander 6 hélicoptères H145M auprès d’Airbus, d’après le journal Politis. La commission Défense du Parlement chypriote aurait libéré un montant de 53 M€, afin de pouvoir débloquer un premier acompte pour les futurs hélicoptères, dont le montant total, avec leurs pièces de rechange et leurs divers armements, devrait atteindre les 140 M€. Le contrat devrait aussi comprendre 6 hélicoptères H145M en option. La semaine dernière, une délégation était présente lors du Salon Eurosatory et avait notamment visité un exemplaire du H145M sur le stand extérieur d’Airbus. Ces nouveaux hélicoptères devraient permettre à la Force aérienne chypriote de se séparer définitivement de ses 11 Mil Mi-35P. Mis à la retraite à la fin de l’année 2021, ils doivent être vendus à la Serbie. Chypre aurait dû débourser un montant de 100 M€ afin de les remettre en état de vol. A l’inverse, la Serbie devrait choisir de signer un contrat de remise à niveau avec la Russie.

Air & Cosmos du 24 juin

Lufthansa a livré le 1er A321LR de l’armée de l’Air allemande

Dans le cadre du salon ILA Berlin, Lufthansa Technik a remis à l’armée de l’Air allemande son 1er A321LR. Les travaux de modification ont été conduits dans les installations de la société MRO à Hambourg et ont débuté en décembre. Il entrera en service avec une capacité initiale de transport de troupes et de vols parlementaires, d’une capacité maximale de 136 passagers dans cette configuration. Lufthansa Technik a également réalisé de nombreux travaux préparatoires pour que l’appareil puisse remplir des missions d’évacuation médicale, par exemple avec l’installation d’une alimentation renforcée en oxygène. Cette capacité devrait être activée mi-2023, après l’obtention du STC spécifique pour l’appareil et pour les unités de transport de patients de nouvelle génération (PTE NG). Les futurs équipages ont quant à eux déjà été formés. Un second appareil est attendu par la Luftwaffe et se trouve en court de modification à Hambourg.

Le Journal de l’Aviation du 24 juin

Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a reçu Eric Trappier pour évoquer les cadences de production de Dassault Aviation

Jeudi 23 juin, Sébastien Lecornu a reçu à l’hôtel de Brienne, Eric Trappier, le président de Dassault Aviation. Le ministre des Armées, pour qui il s’agit de la 1ère rencontre avec l’industriel, demande aux entreprises de défense d’accélérer les cadences de production et des armements disponibles plus rapidement et moins chers, dans le contexte de guerre en Ukraine. La semaine dernière, il avait déjà demandé à Nexter, l’entreprise française qui fabrique les canons Caesar livrés à l’armée ukrainienne, de revoir son organisation pour qu’elle soit en mesure d’accélérer les cadences de production. Sébastien Lecornu souhaiterait aussi, selon Europe 1, que les industriels de la défense réduisent leurs marges, mais pas sans garantie pour les groupes d’armement français, qui doivent bien s’assurer en amont que les fournisseurs et les sous-traitants suivront à la fois en approvisionnement, en matières premières mais aussi en capacités de personnels.

Europe 1 du 24 juin

L’Allemagne doit décider de sa participation au programme de modernisation du Tigre Mark 3

Le salon aéronautique ILA Berlin va donner des indications sur les orientations allemandes en termes de coopérations avec la France et l’Europe. L’Allemagne pourrait annoncer qu’elle ne participera pas au programme de modernisation de l’hélicoptère de combat Tigre. Ce ne sera pas le seul renoncement allemand sur des programmes en coopération avec la France : l’armement du Tigre (missile MAST-F devenu aujourd’hui Akeron-LP), le programme d’avions de patrouille maritime MAWS (Berlin a commandé des P-8A Poseidon de Boeing) et, enfin, certainement le Tigre Mark 3. Les prochaines prises de parole de Sébastien Lecornu, le nouveau ministre des Armées, seront dès lors scrutées à l’aune des décisions allemandes. Au Paris Air Forum qui s’est tenu début juin, le PDG d’Airbus Helicopters, Bruno Even, semblait pessimiste sur la participation de l’Allemagne dans ce programme : « Les signaux ne sont pas positifs au niveau opérationnel et au ministère de la Défense par rapport à la priorité, qui serait donnée au Tigre Mark 3 ». Il précisait toutefois : « Je considère néanmoins que tout est possible parce que la décision sur ce type de programme est politique ». Berlin pourrait, à la place, acquérir des appareils de combat plus légers de type H145, voire des H135, à Airbus Helicopters. Même si l’Allemagne ne se joignait pas au programme de modernisation du Tigre Mark 3 les compétences du site de Donauwörth devraient être utilisées sur ce programme.

Air & Cosmos du 23 juin

Chypre commande six H145M pour sa Garde nationale

Le gouvernement de Chypre a signé un contrat avec Airbus Helicopters pour l’achat de six H145M avec une option pour six autres appareils. Les hélicoptères à cinq pales seront exploités par la Garde nationale chypriote. « La mise en œuvre de cet accord fournira à la Garde nationale une solution d’hélicoptère rentable et performante qui satisfait aux exigences opérationnelles fixées par l’état-major général et répond à bon nombre des défis futurs des flottes d’hélicoptères d’attaque légers. Capable de fonctionner dans des environnements très exigeants, le H145M renforcera les capacités de la Garde nationale, de jour comme de nuit, en matière de réaction rapide, de puissance de feu et de précision, d’appui efficace au combat et d’acquisition d’informations critiques », a déclaré Andreas Louka, secrétaire permanent du ministère de la Défense de la République de Chypre. Olivier Michalon, Executive Vice President Global Business chez Airbus Helicopters, a souligné que les opérateurs du H145M « peuvent l’utiliser pour le transport aérien tactique, le déploiement de forces de réponse aux crises, l’appui-feu, la reconnaissance armée ainsi que l’évacuation de blessés ou la libération d’otage ». « Il y a maintenant cinq clients différents pour le H145M en Europe, ce qui ajoute à l’interopérabilité des forces armées sur le continent », a-t-il ajouté. « Nous constatons un fort intérêt pour le H145M à travers le monde et nous avons plusieurs campagnes en cours, ce qui est très prometteur pour cet appareil ».

Capital du 27 juin

Les chefs de la Marine française et américaine en faveur d’une plus grande interopérabilité, notamment entre les Rafale et le F-35

L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine française, s’est exprimé le 24 juin au Washington Navy Yard sur la nécessité d’être interopérable et interchangeable avec la marine américaine, dans le cadre de leur partenariat sur quatre océans et dans tous les domaines. L’amiral Mike Gilday, chef des opérations navales américaines, a quant à lui rappelé que la Marine française a participé à l’exercice maritime international 2022 de la 5ème flotte américaine en février, qui s’est concentré sur l’incorporation de systèmes sans pilote, d’intelligence artificielle et de big data dans les opérations navales de routine. Il a fait remarquer que le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a exhorté la marine américaine à collaborer avec des partenaires proches sur des opportunités de partage d’informations et de transfert de technologies. L’amiral a notamment préconisé « d’apprendre à utiliser les avions de combat américains F-35 Joint Strike Fighter et la grande quantité de données qu’ils collectent avec les chasseurs Dassault Rafale de 4ème génération de la marine française ». « La coopération que nous avons constatée à travers l’OTAN pendant cette crise entre la Russie et l’Ukraine et le partage d’informations et de renseignements des États-Unis nous a également donné l’élan nécessaire pour faire tomber les barrières et échanger des informations et des technologies avec nos partenaires proches comme les Français. Nous le devons maintenant », a déclaré l’amiral Gilday.

Defensenews.com du 24 juin