EMPLOI

Emploi des salariés handicapés en entreprise : l’exemple de Thales

L’édition 2022 de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) s’est tenue du 14 au 20 novembre dans toute la France. La moyenne nationale du taux d’emploi dans le secteur privé plafonne toujours à 3,5%. Le taux d’emploi direct est plus élevé dans les grandes entreprises et très variable selon les secteurs d’activité, précise le ministère du Travail. Un tiers des entreprises (29%) atteignent ou dépassent 6% de personnes handicapées dans leur effectif. Thales affiche quant à lui un taux de 6,69%, avec 2 400 salariés handicapés. C’est le fruit d’un travail de longue date : après un premier accord signé en 1992, une mission d’insertion a été créée en 2002, ainsi qu’un réseau de référents handicap, qui compte aujourd’hui un peu plus d’un représentant par site (52 pour 41 sites). « Le rôle du référent a deux aspects : l’interne pour le travail d’adaptation, la politique de sensibilisation, l’accompagnement des salariés ; puis l’externe pour recruter les profils, dont certains sont en tension », raconte Christine Grillot, chargée de mission handicap et référente handicap sur quatre sites du groupe Thales. « Pour répondre aux besoins immédiats, au Forum emploi handicap, on est souvent accompagné d’un manageur pour s’assurer de l’adéquation des profils au poste. Mais, avec d’autres entreprises, on s’est aussi décidé à former nos propres candidats. Sur les métiers d’ingénieurs informaticiens, on a développé des partenariats avec des écoles pour les former en alternance en deux ans », détaille-t-elle.

Le Monde du 17 novembre

L’industrie aéronautique mobilisée pour l’emploi des personnes handicapées

A l’occasion de la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées, Collins Aerospace a accueilli sur son site de Saint-Ouen-L’Aumône, le 17 novembre, le ministre des Solidarités, Jean-Christophe Combe, et la ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, Geneviève Darrieussecq. Aerobuzz rappelle que l’industrie aéronautique, spatiale et de Défense recrute 15 000 personnes en 2022. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2023 selon le GIFAS, qui est à l’origine de l’opération « L’Aéro Recrute » accompagnant les entreprises de la filière. En plus de ces recrutements, 6 000 contrats en alternance ont été proposés en 2022 et un volume comparable est attendu en 2023. Des formations en alternance sont notamment proposées aux personnes en situation de handicap par l’association Hanvol, créée en 2010 à l’initiative du GIFAS avec le soutien de l’AGEFIPH (Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées). L’association, dont Collins Aerospace est un des membres fondateurs, permet aux jeunes et aux adultes en reconversion professionnelle de trouver le chemin de l’emploi tout en préparant un diplôme d’un niveau supérieur à leur formation initiale.

Aerobuzz du 22 novembre

La difficulté de recrutement devient la première préoccupation des entreprises

Selon le baromètre annuel Syntec Conseil de la compétitivité française, la disponibilité et la qualification de la main-d’œuvre apparaissent désormais comme le premier frein à la compétitivité, devant le coût de la main-d’œuvre et la fiscalité française, pour 37% des entreprises, y compris dans l’industrie. 84% des dirigeants interrogés jugent que les difficultés de recrutement sont un risque important pour leur entreprise. C’est le troisième sujet d’inquiétude, après les coûts de l’énergie et le coût des matières premières. « C’est la première fois que cette problématique apparaît si haut dans notre baromètre. La disponibilité d’ingénieurs et de techniciens bien formés était une double force historique du pays, aujourd’hui le marché est tendu et les compétences ne sont pas accessibles », alerte Olivier Marchal, président de Bain&Cie France et Administrateur de Syntec Conseil.

Les Echos du 23 novembre