ENVIRONNEMENT

Air France parvient à réduire de 50% les émissions de CO2 sur deux vols

Le 13 avril dernier Air France lançait « Air France ACT », un programme présentant sa nouvelle trajectoire de décarbonation visant -30% d’émissions de CO2 par passager-kilomètre d’ici 2030 par rapport à 2019, soit -12% d’émissions totales. Air France a mis en œuvre un ensemble d’actions environnementales sur deux vols au départ de Paris-Charles-de-Gaulle, à destination de Montréal le 3 mai en Airbus A350, et à destination de Lisbonne le 4 mai en Airbus A220. Sur ces deux vols, en conjuguant de nombreuses initiatives environnementales, Air France est parvenu à réduire de 50% les émissions de CO2. En amont du vol, Air France a développé une communication invitant les passagers à limiter le volume et le poids des bagages emportés, à présélectionner leur repas pour ne charger que les produits nécessaires, et dans les salons, Air France a proposé une offre de restauration plus durable, locale et de saison, avec une utilisation de matériaux éco-responsables. Au sol, la compagnie a aussi effectué toutes ses opérations en 100% électrique. Pour ces vols, Air France a donc utilisé l’Airbus A350 et l’Airbus A220, des avions de nouvelle génération qui émettent jusqu’à 25% de CO2 en moins par rapport aux avions plus anciens. Par ailleurs, la compagnie française a utilisé du SAF (carburant d’aviation durable) produit par TotalEnergies, à hauteur de 16% vers Montréal et de 30% vers Lisbonne. Les pilotes ont aussi appliqué les techniques « d’éco-pilotage » (un seul moteur mis en route au roulage, utilisation des innovations embarquées pour l’optimisation tactique des trajectoires, optimisation de la montée et de la descente). L’ensemble du projet s’inscrit dans le cadre du « Skyteam sustainable flight challenge », une initiative visant à stimuler et encourager l’innovation en invitant les compagnies membres de l’alliance à réaliser des vols les plus éco-responsables possibles du 1er au 14 mai 2022.

Air & Cosmos et Aerobuzz.fr du 6 mai 2022

Bonnes positions de Dassault Aviation et Thales dans le classement « Europe’s Climate Leaders »

Les entreprises listées par le Financial Times dans sa seconde édition du « Europe’s Climate Leaders » sont celles qui ont réalisé la plus grande réduction de l’intensité de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) sur une période de cinq ans 2015-2020. Parmi elles, Dassault Aviation se retrouve à la 3ème place et Thales à la 5ème, avec une réduction de l’intensité des émissions de base de 10,3% et 7,4% respectivement, soit une réduction totale des émissions de 20,6% (78 453 tonnes) et 17,9% (196 000 tonnes). La première place est accordée au groupe de défense britannique BAE Systems, la 2ème à QinetiQ Group et la 4ème à Rolls-Royce. Le quotidien précise que si les entreprises figurant dans cette liste des leaders européens du climat vont toutes dans la bonne direction, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à des objectifs de neutralité carbone.

Financial Times du 5 mai

Bientôt un démonstrateur pour l’avion à hydrogène d’Airbus

Associé à CFM International, Airbus va équiper un A380 de démonstration pour tester un moteur à hydrogène. L’appareil sera doté de quatre réservoirs d’hydrogène liquide en position caudale, ainsi que d’un moteur à combustion d’hydrogène monté le long du fuselage arrière. Le système de distribution d’hydrogène liquide pourra ainsi alimenter un système de conditionnement dans lequel l’hydrogène liquide se transformera en gaz avant d’être introduit dans le moteur où il sera brûlé pour la propulsion. Les premiers essais sont d’abord prévus au sol en 2023, puis en vol dans les cinq ans. Airbus a signé, en février dernier, un accord de partenariat avec CFM International, société commune à 50/50 entre General Electric (GE) et Safran Aircraft Engines, qui développera le moteur à combustion à hydrogène et le préparera pour les essais. Plus précisément, la société modifiera la chambre de combustion, le système de carburant et le système de contrôle du turboréacteur pour qu’il fonctionne à l’hydrogène.

Les Echos du 11 mai

Le projet FlyZero présente trois pistes pour l’avion à hydrogène

Les Echos consacrent un dossier au développement de l’hydrogène dans les nouvelles mobilités. Le projet FlyZero, conduit par l’Aerospace Technology Institute et soutenu par le gouvernement britannique, a développé trois concepts d’avions qui illustrent le potentiel de l’hydrogène liquide dans l’objectif zéro émission de l’aérien : un concept d’avion régional (75 passagers, rayon d’action de 1 500 km), l’étude prenant comme référence l’ATR72-600 ; un concept d’avion à fuselage étroit (180 passagers, rayon d’action de 4 400 km), avec pour référence l’A320neo ; et un concept d’avion de taille moyenne (279 passagers, rayon d’action de 10 000 km), avec pour référence le B767-200ER. Le segment de marché des avions régionaux est considéré comme la porte d’entrée pour un premier avion à hydrogène, faisable d’ici à 2026 selon l’étude.

Les Echos du 11 mai