INTERNATIONAL

Les tirs de missiles nord-coréens incitent le Japon à revoir le cadre constitutionnel de sa défense nationale

Jeudi soir, 3 nouveaux engins ont été tirés par la Corée du Nord, après les projectiles lancés aux premières heures de la matinée. Selon le ministre de la Défense japonais, les missiles sont tombés dans la mer du Japon en dehors de la zone économique exclusive japonaise. La Corée du Nord a choisi de mettre la pression sur ses voisins coréens et japonais, alors que les manœuvres militaires entre la Corée du Sud et les Etats-Unis ont repris après 3 ans de suspension. La multiplication de ces tirs de missiles inciterait les autorités japonaises à envisager l’acquisition d’armes offensives, ce qui constituerait un changement radical pour le pays. Tokyo laisse entendre qu’il envisage l’achat de missiles de croisière à longue portée de fabrication américaine Tomahawk, capables de frapper des cibles avec précision dans le cadre d’une stratégie de riposte. Or, ceci n’est pas sans poser de problème constitutionnel, jusqu’à présent les autorités estimaient que la possession d’armes offensives, comme le Tomahawk, n’était pas autorisée dans le cadre de la défense de la nation. L’actuel Premier ministre Fumio Kishida y est toutefois favorable dans un contexte de montée des tensions dans la région. Toute la Corée du Nord et les principales villes chinoises seraient alors à la portée du missile Tomahawk d’environ 2 500 km. Si le Japon en fait l’acquisition, le risque d’une escalade et d’un renforcement d’une course aux armements n’est alors pas à exclure.

L’Opinion du 4 novembre

Le C919 chinois présenté au public

Le C919 de Comac, premier moyen-courrier fabriqué par la Chine, a effectué ce mardi sa première sortie aérienne publique, à l’occasion de l’ouverture du Salon international de l’aviation et de l’aérospatiale de Chine à Zhuhai, qui se tient jusqu’au 13 novembre. L’appareil a déjà reçu l’approbation des autorités chinoises de régulation, mais n’a pas encore reçu l’autorisation de voler des régulateurs européen et américain. Les transporteurs aériens chinois ont déjà affiché leur soutien. Selon des médias chinois, le C919 pourrait être mis en service au cours du premier trimestre 2023. Comac dit avoir reçu déjà près de 800 commandes de dizaines de clients pour le C919.

Challenges du 8 novembre

Emirates achète 5 Boeing 777 cargo

La compagnie aérienne Emirates, basée à l’aéroport international de Dubaï, achète cinq Boeing 777 cargo dans le cadre d’une transaction évaluée à plus de 1,7 Md$, augmentant ainsi sa capacité de transport de fret. Les appareils seront livrés à partir de 2024 à la filiale Emirates SkyCargo. « Cette commande reflète la confiance d’Emirates dans la demande de fret aérien et la croissance globale du secteur de l’aviation », a déclaré le cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, président-directeur général d’Emirates. « Elle jette les bases de notre croissance continue, qui est alimentée par la portée de notre réseau mondial diversifié ». Emirates dispose actuellement d’une flotte de 118 Airbus A380 à deux étages et de 134 Boeing 777.

Air & Cosmos du 8 novembre