INTERNATIONAL

La Turquie s’apprête à faire l’acquisition d’un deuxième lot de missiles de défense aérienne russes 400

Après l’achat d’un premier lot du système de défense aérienne russe S-400 en 2020, Ankara s’apprête à réitérer l’opération en annonçant l’acquisition prochaine d’un deuxième lot. Cette décision suscite d’ores et déjà des remous à Washington et au sein de l’Alliance atlantique, où les tensions restent vives, quelques semaines après la crise des sous-marins. En décembre 2020, Washington avait adopté des sanctions contre la Turquie pour cet achat de missiles russes, interdisant tout nouveau permis d’exportation d’armes à l’agence gouvernementale turque en charge des achats d’armement. Défiant, le président turc a déclaré qu’à l’avenir, “personne ne pourra interférer sur le type de système de défense que nous achetons, quel que soit le pays, quel que soit son importance”. Le président Reccep Tayyip Erdogan devrait se rendre en Russie la semaine prochaine pour y rencontrer le président russe Vladimir Poutine avec lequel il devrait évoquer plusieurs sujets, dont les violences dans le nord-ouest de la Syrie.

La Tribune du 26 septembre

Avec le salon de Zhuhai, la Chine affiche de nouveau ses ambitions dans l’aéronautique

Le salon de Zhuhai, plus gros rendez-vous pour les acteurs de l’aéronautique et du spatial en Chine, débute ce mardi dans le sud du pays dans un contexte sanitaire encore incertain, mais Pékin tient à afficher sa présence et son ambition en la matière. L’Airshow China est l’occasion pour les autorités chinoises de donner le signal de la reprise pour le secteur aéronautique chinois, et de présenter quelques-unes de ses réalisations comme l’AG600 dit « le plus gros avion amphibie du monde », que la Chine ambitionne d’exporter, le drone armé Wing Loong II (similaire au MQ-9 Reaper américain), ou encore le C919 (premier monocouloir moyen-courrier chinois).

RFI du 27 septembre


Le GE Catalyst effectue son premier vol

Le moteur Catalyst de General Electric Aviation a réalisé avec succès son premier vol jeudi 30 septembre, sur un banc d’essai volant Beechcraft King Air. L’appareil a décollé de l’aéroport de Berlin, pour un vol qui a duré 1h40. Le moteur Catalyst a été entièrement conçu et fabriqué en Europe, souligne Air & Cosmos. « Le premier vol du Catalyst ouvre un monde d’opportunités sur le marché de l’aviation d’affaires et générale avec notre client de lancement Textron Aviation, mais aussi dans l’espace de la défense pour des applications comme les drones et les appareils d’entraînement. Il peut être, en outre, un noyau efficace qui peut ouvrir notre chemin vers l’hybridation du vol », a déclaré Riccardo Procacci, PDG et directeur général d’Avio Aero et de GE Aviation Turboprop Engines.

Air & Cosmos du 4 octobre