NEGOCIATION COLLECTIVE

Métallurgie : coup d’envoi pour le volet protection sociale de la nouvelle convention collective

06/01/2023

Si les entreprises de la métallurgie ont jusqu’au 1er janvier 2024 pour établir la future grille des classifications, prévue par la convention collective unique, signée le 7 février dernier, en lieu et place des quelque 70 textes conventionnels, elles doivent dès à présent mettre en place le volet protection sociale, effectif depuis le 1er janvier 2023. Le texte instaure la mise en place d’un socle minimal de branche obligatoire en protection sociale couvrant les risques incapacités (arrêt de travail) – invalidité – décès (dont rente éducation) et une couverture frais de santé.

Parmi les avancées, les garanties conventionnelles applicables en cas de maladie des non-cadres sont améliorées puisqu’elles prévoient un maintien à 100 % de la rémunération nette du salarié jusqu’à 180 jours (en fonction de l’ancienneté, par exemple 100 % pour une ancienneté supérieure à 15 ans). Un système déjà existant chez les cadres. Par ailleurs, tout salarié en arrêt de travail consécutif à un accident du travail ou à une maladie d’origine professionnelle est indemnisé à partir du premier jour d’absence.

En outre, le texte acte la mise en place d’un panier de soins supérieur au 100 % santé, avec la possibilité de différents niveaux de garanties additionnelles, à titre obligatoire ou facultatif.

Source Actuel CSE